"Gene Kelly et moi": mémoires d'"Un Américain à Paris" à la radio

Auteur:
 
Philippe GRELARD - Paris
Publié le 27 juin 2022 - 17:41
Mis à jour le 28 juin 2022 - 17:02
Cet article provient directement de l'AFP (Agence France Presse)
Image
Photo non datée des acteurs américains Debbie Reynolds et Gene Kelly, vedettes de la comédie musicale "Chantons sous la pluie" sortie en 1952
Crédits
AFP/Archives - FILE
Photo non datée des acteurs américains Debbie Reynolds et Gene Kelly, vedettes de la comédie musicale "Chantons sous la pluie" sortie en 1952
AFP/Archives - FILE

"Je voulais qu'on soit assis avec lui sur le sofa": Patricia Kelly, veuve de Gene Kelly, livre sur France Musique cet été les mémoires audio inédites de la star de "Chantons sous la pluie" et "Un Américain à Paris".

"Glaçons dans sa vodka-tonic"

"Je ne le connaissais pas à notre rencontre, oui ça paraît incroyable", "c'est rare de se marier avec sa biographe": voilà comment, amusée, Patricia Kelly évoque pour l'AFP les dix ans passés aux côtés de cette figure de l'âge d'or d'Hollywood. Elle a 26 ans quand elle est dépêchée pour travailler avec Gene Kelly, 73 ans, sur un documentaire. Elle deviendra sa biographe et sa dernière femme, en dépit de la différence d'âge.

Depuis le décès de l'artiste en 1996, à 83 ans, devenue sa légataire, elle ne savait que faire de tous les enregistrements où on entend "quand il me raconte ses souvenirs et ce qui le touchait, avec les glaçons tintant dans sa vodka-tonic, qu'il prenait le soir dans notre living-room".

"Il y a trois ans, lors d'une fête de Noël, j'ai rencontré Marc Voinchet, directeur de France Musique. Il parlait de Gene comme Gene aurait voulu que se souvienne de lui. Je me suis assise et lui ai dit que j'avais ces bandes et toutes les archives de Gene".

Naît alors une collaboration qui débouche sur "Gene Kelly et moi", programme radio événement de huit épisodes (une heure chacun), chaque dimanche du 10 juillet au 28 août, où l'acteur-danseur-réalisateur-chorégraphe se raconte.

"Tous les chemins mènent à Paris"

"Je m'aperçois que toutes les routes mènent à paris, les gens vraiment connectés à l'œuvre de Gene sont ici", constate sa veuve, présente dans la capitale française.

"Gene fut le premier chorégraphe américain à créer un ballet pour l'Opéra de Paris (+Pas de dieux+) et j'attendais depuis 20 ans pour le remonter quand j'ai rencontré sur les marches de l'Opéra de Paris Christopher Hampson, à la tête du Scottish Ballet". Cette institution écossaise basée à Glasgow a récemment repris l'œuvre.

Et la Cinémathèque de Paris propose une rétrospective (29 juin - 31 juillet) Stanley Donen, qui co-réalisera avec Gene Kelly "Beau fixe sur New-York" ou "Chantons sous la pluie". Patricia Kelly ouvrira la rétrospective mercredi et présentera vendredi la séance de "Chantons sous la pluie".

La gardienne du temple y confiera peut-être que c'est Gene Kelly qui a façonné l'intro chantée du morceau titre, "pas prévue comme ça à l'origine".

"Gene adorait Paris, il se sentait à la maison", relate la sexagénaire. Celui qui avait "appris le français au lycée" a fait "des films en France, connaissait des gens dans la résistance française, avait des amis proches comme Alexandre Trauner (célèbre décorateur de cinéma), Jacques Prévert ou Michel Legrand".

"A Accra, les gens criaient D'Artagnan !"

Facette peu connue, Gene Kelly fut un instrument du rayonnement politico-culturel américain. "Gene était ami avec John Kennedy, avait fait campagne pour lui, ils étaient très proches.

Après qu'il a parlé français lors d'une soirée avec Jackie Kennedy et Yves Montand, John a eu l'idée de faire de Gene un ambassadeur culturel pour l'Afrique francophone", livre Patricia Kelly.

Embarqué dans une tournée sous l'égide du département d'Etat américain dans l'Ouest de l'Afrique, l'artiste passe également au Ghana en 1964 (Kennedy a été assassiné quelques mois auparavant, Lyndon B. Johnson est aux commandes), enclave anglophone entourée de voisins francophones, pour un épisode savoureux.

Voilà Gene Kelly opposé dans un drôle de ballet diplomatique à l'atout que l'URSS sort de sa manche au même moment au Ghana, Valentina Terechkova, première femme cosmonaute. Victoire sans appel à entendre Patricia Kelly: "Gene a attiré le public, à Accra les gens criaient +D'Artagnan !+ (rôle tenu dans +Les trois mousquetaires+)". Verdict des photos de l'époque: plans larges de la star devant la foule et plans serrés de la cosmonaute entourée d'officiels.

Dessin de la semaine

Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de FranceSoir est confirmée.

La newsletter FranceSoir

En vous inscrivant, vous autorisez FranceSoir à vous contacter par e-mail.