Participer à une manifestation non-déclarée ne fait pas de vous un délinquant

Auteur(s)
Lauriane Bernard, France-Soir
Publié le 22 mars 2023 - 11:03
Image
Crédits
AFP - Alain JOCARD
Manifestation contre la réforme des retraites, le 15 mars 2023 à Paris.
AFP - Alain JOCARD

Depuis plusieurs jours, des images d’arrestations de manifestants nous parviennent sur les réseaux sociaux. La Cour de cassation a pourtant rappelé en juin 2022 qu’aucun texte de loi n’incrimine le seul fait d’être présent à une manifestation non-déclarée.  

Contrairement à ce qu’a laissé entendre le ministre de l’intérieur Gérald Darmanin aux journalistes de BFMTV, participer à une manifestation non-déclarée n’est pas illégal. Il en va autrement de la participation à une manifestation expressément interdite : cela constitue alors une infraction. 

Seule la commission d’une infraction justifie une arrestation pendant une manifestation non-déclarée 

La liberté de manifester n’est pas dans la Constitution. Néanmoins, le Conseil constitutionnel lui a reconnu une valeur constitutionnelle, dans une certaine limite. Une liberté doit toujours se concilier avec d’autres devoirs.  

Si par exemple un manifestant s’en prend à la sécurité des biens et des personnes qui l’entourent à l’occasion d’un rassemblement, il ne peut pas invoquer sa liberté absolue de manifester pour se défendre des infractions qu’on pourrait lui reprocher. La commission d’une infraction justifie toujours une arrestation pendant une manifestation, qu’elle soit déclarée ou non.  

Participer n’est pas organiser 

Le code de la sécurité intérieure impose la règle de la déclaration préalable pour toutes les manifestations organisées sur la voie publique. Cependant, dans le cas d’un évènement mal déclaré ou pas déclaré du tout, l’organisateur est la seule personne susceptible d’encourir des poursuites.  

Assister à une manifestation non-déclarée ne constitue ni un délit, ni une contravention et les forces de l’ordre ne peuvent donc même pas délivrer une amende de 135 € pour ce motif. Comment se fait-il alors que les interpellations se succèdent depuis jeudi dernier ?  

"Pas d’interpellations injustifiées” selon le préfet de police de Paris  

Sur le plateau de BFMTV, le préfet de police de Paris Laurent Nunez assure, ce mardi 21 mars, qu’il n’y a pas eu d’interpellations injustifiées. Toutes les personnes escortées au poste de police auraient été suspectées d’avoir commis des actes de violence. 

Des propos qui contrastent avec les images rapportées par Cemil Sanli sur son compte Twitter. Le journaliste a couvert les manifestations du 19 mars dans les rues de Paris. Il a filmé plusieurs riverains désorientés, dont cette femme, confuse, ne semblant pas comprendre pourquoi elle se fait arrêter par la police. Elle se défend d’être une manifestante et clame qu’elle ne faisait que passer par là.

Toujours selon BFMTV , “sur les 292 interpellations réalisées à Paris le 16 mars au soir, à la place de la Concorde, seules neuf personnes ont été déférées devant la justice”.   

À LIRE AUSSI

Image
Assemblée Nationale
Assemblée nationale : la réaction des députés après l’adoption de la réforme des retraites
RETRAITES - Aujourd’hui lundi 20 mars, la réforme des retraites a été définitivement adoptée à l’Assemblée nationale. Faute de majorité au moment du vote, Élisabe...
20 mars 2023 - 21:15
Vidéos
Image
49.3 opéra 20 mars 2023
Sur le vif : 49.3, Paris brûle-t-il ?
SUR LE VIF - Lundi 20 mars, 22 heures, Paris blûre-t-il ? Quartier de l’Opéra, rues Drouot, Halévy et Saint-Denis, aux alentours du boulevard Sébastopol... À travers l...
21 mars 2023 - 15:14
Société
Image
3x3.jpg
À neuf voix près...
ÉDITO - Hier à l'Assemblée nationale, la motion de censure « transpartisane » déposée par le groupe LIOT (Libertés, Indépendants, Outre-mer et Terr...
21 mars 2023 - 18:30
Opinions

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Portrait Soros
George Soros entre coups de bourse, coups de cœur et coups d'Etat
PORTRAIT CRACHE - George Soros : le super-héros des marchés qui jongle avec les chiffres et secoue le cocotier de Wall Street quand il “n’ouvre pas les sociétés” à la ...
16 février 2024 - 16:00
Portraits
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.