Jour J pour la visite d'État de Charles III en France

Auteur(s)
Par Valérie LEROUX et Phil HAZLEWOOD - AFP
Publié le 20 septembre 2023 - 11:40
Image
Le roi Charles III et la reine consort Camilla sur le balcon du palais de Buckhingham après leur
Crédits
POOL/AFP - Leon Neal
Le roi Charles III et la reine consort Camilla sur le balcon du palais de Buckhingham.
POOL/AFP - Leon Neal

DÉPÊCHE — Après un premier rendez-vous manqué, le grand jour : Charles III entame mercredi une visite d'État en France, empreinte de solennité et de faste, pour célébrer la relance de l'amitié franco-britannique après les turbulences du Brexit.

En mars, le déplacement royal avait dû être annulé à la dernière minute, au gram dam d'Emmanuel Macron, sur fond de violentes manifestations en France contre la réforme des retraites. Charles, qui devait signer à Paris sa première visite officielle à l'étranger en tant que roi, s'était finalement rendu Berlin.

Six mois plus tard, le calme est revenu dans les rues de la capitale française et l'heure est de nouveau à "l'Entente cordiale", ou concorde franco-britannique, dont les 120 ans seront célébrés en avril prochain.

Peu de voix se font entendre contre le somptueux dîner qui sera servi dans la soirée au château de Versailles, symbole de la monarchie absolue du "Roi-Soleil" Louis XIV. Le député Insoumis Alexis Corbière (gauche radicale) a tout de même dénoncé sur Public Sénat "l'utilisation abusive" par Emmanuel Macron de "l'ultraprésidentialisme" et de "tous les artifices" pour l'incarner.

La visite, qui doit durer trois jours, "intervient dans un contexte de resserrement des liens entre le Royaume-Uni et la France" après une première phase de "reconnexion", se félicite l'Élysée.

136 chevaux

Lors d'un sommet en mars, le président français et le Premier ministre Rishi Sunak ont tourné la page de plusieurs années de brouilles bilatérales sur le Brexit, la pêche et les migrants.

Pour les grandes retrouvailles, la République a sorti le grand jeu.

Charles III, 74 ans, et Camilla, 76 ans, seront accueillis à l'aéroport d'Orly à 14H00 par la Première ministre Elisabeth Borne.

À 14H45, ils rejoindront Emmanuel et Brigitte Macron à l'Arc de Triomphe pour une cérémonie de ravivage de la flamme sur la tombe du Soldat inconnu, suivie d'une descente des Champs-Élysées. La Patrouille de France et les Red Arrows, la patrouille acrobatique de la Royal Air Force, se détacheront aussi dans le ciel.

Le roi et le président emprunteront l'avenue la "plus célèbre du monde" à bord d'une Citröen DS7 décapotable escortée par 136 chevaux de la Garde républicaine pour rejoindre le palais de l'Élysée où ils auront un entretien en tête-à-tête.

Contrairement aux cérémonies du 8 mai 1945, le public pourra s'approcher des barrières, selon des sources sécuritaires.

Autre temps fort de la visite, le dîner d'État à Versailles, un clin d'œil à la mère du roi, Elizabeth II, qui fut invitée à déjeuner dans le même décor somptueux en 1957 et revint à Versailles en 1972.

Le Roi était sensible à l'idée de "marcher dans les pas de sa mère", souligne l'Élysée. Il se rendra aussi jeudi au Marché aux fleurs, qu'Elizabeth II affectionnait et qui avait été rebaptisé de son nom en 2014.

À Versailles, la République va mettre les petits plats dans les grands : homard bleu, volaille de Bresse et macaron à la rose, préparés par des chefs étoilés, seront servis à la table du roi, dans une porcelaine de Sèvres.

"Les Racines du ciel"

Parmi les invités, les acteurs Hugh Grant, Charlotte Gainsbourg et Emma Mackey, l'écrivain Ken Follett ou encore l'ancien entraîneur de football Arsène Wenger.

En conviant Charles III à Versailles, Emmanuel Macron s'inscrit aussi dans les pas du général de Gaulle, qui avait fait du château une véritable carte de visite diplomatique, et envoie un signal fort au Royaume-uni.

Que ce soit en 1957, un an après la crise du Canal de Suez, en 1972 lors de l'entrée du Royaume-uni dans la Communauté économique européenne (CEE) ou en 2023 : "à chaque fois qu'on a voulu marquer une relation privilégiée avec l’Angleterre, il y a eu une réception à Versailles", souligne l'historien Fabien Oppermann.

Le roi, qui entend asseoir son image à l'international un an après son accession au trône, entamera jeudi la partie la plus politique de sa visite avec un discours à la tribune du Sénat, au cœur de l'hémicycle, une première pour un souverain britannique.

Il mettra aussi en avant un sujet qui lui tient à cœur, l'environnement, lors d'une table ronde au Museum national d'histoire naturelle puis vendredi à Bordeaux, dans une région durement frappée par les incendies en 2022 et qui compte de nombreux Britanniques.

Le président Macron lui offrira d'ailleurs une édition originale des "Racines du ciel" de Romain Gary, qui a pour thème central la protection de la planète et des éléphants en Afrique, ainsi qu'une médaille en hommage à ses combats sur le sujet.

Pour la circonstance, 8.000 policiers et gendarmes seront mobilisés mercredi et jusqu'à 12.000 vendredi, où la visite du roi coïncidera aussi avec celle du Pape François à Marseille.

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
sarko
Nicolas Sarkozy, lapin bling-bling mariné dans des affaires en tous genres
PORTRAIT CRACHE - Que dire de Sarko, tant cet homme a défrayé la chronique, de procès-verbaux en registres de tribunaux ... ? Tout ou rien ... Cet ancien président, mi...
21 juillet 2024 - 10:13
Politique
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.