Le pédocriminel récidiviste Francis Évrard a changé de nom. La loi Dupond-Moretti de 2022 “permet d’accentuer l’invisibilité” des individus dangereux, dénonce l'avocate Marie Grimaud

Auteur(s)
Laurence Beneux, France-Soir
Publié le 21 novembre 2023 - 12:52
Mis à jour le 22 novembre 2023 - 03:13
Image
Maître Marie Grimaud
Crédits
Georges Gobet / AFP
Georges Gobet / AFP

FAITS DIVERS - Le pédocriminel multirécidiviste Francis Évrard a changé de nom. La loi Dupond-Moretti de 2022 “permet d’accentuer l’invisibilité déjà existante” des individus dangereux, dénonce maître Marie Grimaud

“La difficulté que nous avons aujourd’hui avec le législateur, c’est qu’il y a un manque d’anticipation de façon générale des conséquences des lois qui sont réalisées”, déplore maître Marie Grimaud, avocate de l’ONG de défense des enfants Innocence en danger et spécialiste de la défense des mineurs victimes.

Dans cet entretien, Me Grimaud dénonce l’incomplétude de la loi du 2 mars 2022, dite “Loi Dupond-Moretti", portée par le député LREM Patrick Vignal et soutenue avec force par le ministre de la Justice. Ce texte permet de changer de patronyme, en accolant les noms de famille de ses deux parents ou en remplaçant son nom d’usage par celui de son autre parent, selon une procédure très simple. Et sans avoir aucune justification à donner.

Le manque d’anticipation du législateur vient d’être prouvé de façon éclatante par la demande, effectuée en prison, et en prévision d’un éventuel aménagement de sa peine, par le pédocriminel multirécidiviste Francis Évrard, qui porte désormais le nom de sa mère.

Cet individu s’était rendu tristement célèbre en enlevant, séquestrant, droguant et violant un petit garçon de cinq ans, Enis, seulement six semaines après sa sortie de prison... Une prison où il venait de passer 20 ans après avoir été condamné à une peine de 27 ans pour les viols aggravés de garçonnets de 7 et 8 ans. Cette dernière condamnation était la septième prononcée par la justice contre Évrard pour des faits de violences sexuelles sur mineurs.

Ainsi, une loi initialement conçue pour permettre à des victimes de violences intrafamiliales, notamment d’inceste, de ne plus porter et/ou transmettre à leurs enfants, le nom du parent maltraitant, peut être détournée de sa finalité par des criminels afin qu’ils puissent passer sous les radars d’institutions dont la mission est de protéger les citoyens.

"Il ne s’agit pas d’annuler cette loi, insiste Me Marie Grimaud, il s’agit de la compléter”.

 

À LIRE AUSSI

Image
Palais de Justice
Procès de Jean-Christophe Quenot, un pédocriminel “obsédé par les mineurs”
FAITS DIVERS - C’est le procès d’un pédocriminel “hors normes" qui se tient devant la cour criminelle de Paris du 3 au 7 novembre 2023. Véronique Béchu, chef du groupe...
06 novembre 2023 - 11:32
Société
Image
Justice
Meurtre de la petite Rose. “Il y a quelque chose qui a déconné” dans le suivi socio-judiciaire de l’accusé, estime une policière
JUSTICE - Le meurtre de Rose, cette fillette de 5 ans retrouvée morte dans un sac poubelle à Rambervilliers, laisse la France sous le choc. Au-delà de cette tragédie, ...
29 avril 2023 - 19:00
Société
Image
Justice
Justice : la grande criminalité aussi concernée par la mauvaise exécution des peines que la petite délinquance
L’Institut pour la justice (IPJ) dénonçait, dans un rapport rendu public la semaine dernière, la mauvaise exécution des peines de prison ferme et le danger que cela fa...
08 février 2023 - 18:00
Société

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Castex
Jean Castex, espèce de “couteau suisse” déconfiné, dont l'accent a pu prêter à la bonhomie
PORTRAIT CRACHE - Longtemps dans l’ombre, à l’Elysée et à Matignon, Jean Castex est apparu comme tout droit venu de son Gers natal, à la façon d’un diable sorti de sa ...
13 avril 2024 - 15:36
Politique
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.