Les maraudes de France-Soir - Au marché Raspail - épisode 001

Auteur(s)
Octave Moyens, France-Soir
Publié le 13 avril 2024 - 12:12
Image
Maraude - épisode 1
Crédits
France-Soir
Les maraudes de France-Soir - Au marché Raspail - épisode 001
France-Soir

Samedi 6 avril 2024 - Le Marché Raspail est en soi une véritable petite institution. Situé au cœur de Paris, c'est un marché « à l'ancienne » : les vendeurs de vêtements et les camelots en tous genres n'y ont pas d'étals, et surtout, il permet à bon nombre de petits producteurs, paysans et maraîchers de vendre leurs produits en direct, principalement à des consommateurs amateurs de bio généralement, des habitués et des touristes tous friands d'originalité et d'authenticité. Mais pas que.

Oui, d'autres vendeurs bénéficient aussi de cet espace de vente convivial et chaleureux à ciel ouvert, qui se tient deux fois par semaine, le matin, le vendredi et le samedi, de 7 heures à 13 heures, boulevard Raspail, dans le 6ème arrondissement. Il s'agit de personnes, qui, pour la plupart, n'avaient jamais envisagé qu'un jour, elles devraient tenir un stand, sur un marché, pour pouvoir survivre : la débrouille, en attendant mieux.

 

Florence est l'une d'elles.

Infirmière dans l'hôpital public pendant 16 ans, elle a été suspendue, en 2021, pour avoir refusé l'injection anti-covid. C'est ainsi qu’elle s'est retrouvée sans ressources du jour au lendemain.

Maman « courage » de deux enfants de 6 ans et 9 ans qu'elle élève seule, Florence s'est lancée un défi : ouvrir son propre cabinet en praticienne d'hydrothérapie du côlon. Elle y a mis toute son énergie, toute sa détermination... et toutes ses économies.

Paiement de la formation, frais de création et de lancement de son entreprise, frais d'aménagement et d'équipement de son cabinet, premiers loyers et autres charges fixes, charges variables, imprévus et cotisations multiples, toutes ces dépenses à effectuer avant même d'avoir commencé son activité ont très vite tout englouti. Avec les premiers patients, les premières rentrées d'argent arrivent, mais cela ne suffit pas, pour l'instant, à couvrir toutes les dépenses professionnelles. Donc moins encore à couvrir également toutes les autres : les dépenses attachées à la vie privée. L'autre « métier » que Florence exerce aussi avec passion et dont elle est infiniment fière : le dur métier de mère. Un métier à temps plein toute une vie durant, qui nécessite un budget devenu de plus en plus élevé, ces dernières années, avec l'inflation. Un budget qui est d'autant plus difficile à couvrir avec un seul salaire.

 

Vendeuse d’ail des ours au marché Raspail

Pour joindre les deux bouts, Florence a dû s'imposer une autre activité professionnelle, une deuxième activité.

C'est comme ça que, la trentaine finissante, elle s'est retrouvée à vendre de l'ail des ours au marché Raspail. De l'ail des ours en botte et au kilo, et du « pesto » : une préparation culinaire en petits pots qu'elle réalise avec les tiges et les feuilles de cette plante saisonnière (appelée aussi « ail sauvage » ou « ail des bois ») finement hachée, de l'huile d'olive, du parmesan et un peu de poudre d'amande.

C'est très sympathique pour accompagner le riz, les pâtes, les patates, les salades, les quiches, etc., pour accommoder des sauces, ou sur du bon pain, tout simplement, ou des toasts.

À l'instar de celle du muguet dont il a un peu l'aspect, la saison de l'ail des ours est relativement courte. Elle dure au grand maximum de début avril à fin-mai. Après, et bien, il faut attendre l'année prochaine.

Guillaume, un ami de Florence qui lui est un vendeur permanent sur les marchés, possède un champ en Seine-et-Marne, dans lequel justement, il y a de l'ail des ours. Généreux et solidaire dans l'âme qu'il est, Guillaume a autorisé Florence à aller en cueillir, gratuitement. Et donc la voici partie, Florence, dans sa vieille voiture, chaque jeudi matin, à l'aube, direction le 77, pour aller en récolter, de l'ail des ours. Puis retour dans le 94 pour laver et préparer tout ça. L'ail des ours doit être vendu extra frais. C'est ce qui justifie son prix (1), car l'essentiel de la saveur et du goût en dépendent.

14 à 15 heures de travail, au total, y compris les trajets, pour environ deux cents euros de rentrée nette par semaine. Ce n'est pas l'Amérique, mais ça permet de mettre un peu de beurre dans les épinards.

Ou mieux donc : du pesto !

Qu'en disent les députés et sénateurs alors qu'ils se sont respectivement votés une augmentation de 300 euros (de frais) par mois en janvier 2024, et de 600 euros ?

(1) En France, selon la qualité et la fraîcheur, l'ail des ours se vend chez les grossistes entre 12 euros et 20 euros le kilo. Au détail, selon en sus les endroits (villes, nature du marché et type de clientèle), le kilo se vend entre 25 euros et 60 euros, et la botte de 100 grammes, elle, entre 3 euros et 6 euros.

À LIRE AUSSI

Image
Les maraudes
Les maraudes de France-Soir - nouvelle rubrique sur la vie réelle des français
En 2024 en France, le nombre de personnes, pour qui le quotidien est rude, a dépassé 9,1 millions en 2023. Et il augmente sans cesse depuis 2000. Pour rappel, le seuil...
12 avril 2024 - 17:45
Société

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Obama
Barack Obama, un continuum Soros/WEF teinté d’un paradoxe Kissinger/Nobel
PORTRAIT CRACHE - Barack Obama est ce personnage contradictoire, ambiguë, voire bicéphale, prêcheur de justice sociale financé par des Soros, Buffet et Goldman Sachs, ...
25 mai 2024 - 12:00
Politique
26/05 à 11:11
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.