Projet de résolution russe contre la militarisation de l'espace rejeté à l’ONU

Auteur(s)
France-Soir avec AFP
Publié le 21 mai 2024 - 14:45
Image
ONU
Crédits
AFP
AFP

Lundi 20 mai, un projet de résolution russe contre la militarisation de l'espace était rejeté par le Conseil de sécurité de l’ONU. Le 24 avril déjà, un texte américain contre la prolifération nucléaire dans l’espace avait été soumis au vote et vu Moscou poser son véto malgré 13 votes pour et une abstention (Chine).  

Ce dernier texte, présenté par les États-Unis et le Japon devant le Conseil un projet de texte appelant tous les pays à « contribuer activement à la réalisation de l’objectif qui consiste à utiliser l’espace à des fins pacifiques et à prévenir la course aux armements dans l’espace ».  

Il appelait alors plus spécifiquement les États « à ne pas mettre au point d'armes nucléaires ou d'autres types d'armes de destruction massive spécifiquement conçues pour être mises sur orbite autour de la Terre, installées sur des corps célestes ou placées, de toute autre manière, dans l'espace extra-atmosphérique ».  

Cependant, la Russie appose son veto au projet de résolution. L’ambassadeur russe avait alors estimé que le texte, par sa focalisation sur une catégorie d’armes spécifique, cachait un « manque d’intérêt » venu des États-Unis et de ses alliés afin d’« assurer qu'aucune arme quelles qu'elles soient ne soient placées dans l'espace ».  

Alors, le projet de résolution présenté par la Chine et la Russie, reprenant en partie le texte bloqué en avril, appelait tous les États membres, « surtout ceux qui ont des capacités spatiales », à prendre « des mesures urgentes pour empêcher à jamais le placement d'armes dans l'espace et la menace ou l'utilisation de la force dans l'espace ».  

Sujet à division, le texte ne rassemble cependant pas les neuf votes nécessaires pour permettre son adoption. Sept voix pour se sont élevées, réunissant notamment la Russie, la Chine ou l’Algérie, opposé à sept voix contre, avec entre autres les États-Unis, le Royaume-Uni ou la France. Sans surprise, cette situation est récurrente depuis l’invasion de l’Ukraine en février 2022.  

L’ambassadeur américain adjoint, Robert Wood, explique quant à lui cette position par une initiative qu’il qualifie d’« hypocrite » de la part des russes. En effet, ils souhaiteraient par ce biais « détourner l’attention de ses efforts dangereux visant à placer une arme nucléaire en orbite ».  Alors, tout un chacun doit se montrer selon lui « sceptique » sur les « intentions » de la Russie à travers ce texte. En effet, le pays aurait placé la semaine dernière en orbite un satellite « qui serait capable d'attaquer d'autres satellites ». Une menace qui plane avec plus d’ampleur depuis le début de l’année. En effet, le pays aurait donc dernièrement placé un satellite en orbite pour effectuer des essais en ce sens.  

L’homologue française, Nathalie Broadhurst, abonde en ce sens et déplore « la méthode d'obstruction employée par la Russie qui ne cherchait manifestement qu'à diviser le conseil ». Elle accuse de ce fait la Russie de ne pas agir avec sincérité quant à son soutien réel des objectifs soulevés dans le texte.  

L’ambassadeur russe estime quant à lui pouvoir être « satisfait du résultat du vote », permettant de « démasquer » les Occidentaux qui chercheraient à avancer « vers la militarisation de l’espace » et qui seraient à présent « isolés » au Conseil.  

Des désaccords qui cherchent jusque-là à témoigner l’opposition entre les pays plutôt que juger impartialement des textes.  

 

 

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Blair
Tony Blair : de Bagdad à Davos, du caniche de Bush à un ersatz de Schwab
PORTRAIT CRACHE - Après avoir traîné son flair politique façon caniche de Bush sur les champs de bataille irakiens, Tony Blair, l'avocat devenu Premier ministre a su t...
15 juin 2024 - 10:45
Politique
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.