Le régime des partis est toujours debout

Auteur(s)
Marcel Monin pour France-Soir
Publié le 18 mars 2024 - 16:21
Image
Le Maire Darmanin Dupont Moretti
Crédits
France-Soir
Quand Dupond-Moretti, Le Maire et Darmanin tapaient sur Macron
France-Soir

Le gouvernement vient d’obtenir une sorte de quitus des députés, sur des initiatives personnelles du président de la République qui a signé un document avec V. Zélinsky (1), ne manquant d’ailleurs pas d’une certaine audace (2).

Ce qui est intéressant concernant notre sujet, ce sont les raisons pour lesquelles les députés du « Rassemblement national » se sont abstenus. 

De l’aveu des têtes pensantes et dirigeantes de cette organisation politique, les députés de ce groupe se sont abstenus parce qu’ils ne voulaient pas être taxés de « poutiniens ». Qualificatif qui pourrait leur coûter des voix, donc des sièges, aux prochaines élections européennes. Surtout que les membres de l’exécutif et leurs suiveurs ne s’en privent déjà pas, avec le renfort des médias de leurs amis.

Des préoccupations électoralistes (conserver ou gagner des sièges, donc des postes) viennent donc avec éclat de dicter une décision politique. Laquelle porte en réalité sur des questions qui engagent les finances, la politique étrangère à venir de la France, les intérêts des USA, voire à terme la guerre ou la paix, et même… la vie de Français.

La période Macron, (qui ne fait que prolonger - fut-ce de manière caricaturale - ce qui s’est passé après le départ du général de Gaulle) offre de multiples autres exemples, qui montrent que le souci du poste finit - pour certains - par l’emporter sur le reste (conviction, poursuite de l’intérêt général à l’exclusion de toute autre considération, représentation des électeurs, …). 

On a vu que des personnes qui avaient commencé « dans » la politique avec l’étiquette « PS » ou « UMP » / « RPR » ou autre, ont pu poursuivre leur carrière et assurer leur gagne-pain en se rangeant sous la bannière « Macron » dès que ce dernier fut en passe d’être élu. 

On a même vu et entendu quelques personnes dirent pis que pendre d’E. Macron, puis prendre du grade dans la hiérarchie des postes politiques, comme ministre du même. Et louer ce dernier une fois celui-ci installé aux manettes (3)

C’est que les êtres humains ont pour beaucoup l’habitude de veiller à leurs intérêts. Et celle de se comporter en conséquence. Ceux qui « font » de la politique aussi. Nécessairement.

Acquérir un poste (de parlementaire, de ministre ou mieux, …) et le conserver, exige souvent qu’il faille se plier à des contraintes qui ne sont pas celles de la représentation des électeurs, de la poursuite de l’intérêt général, de l’intérêt du pays, ou du respect de différentes règles d’ordre éthique.

Et ce, quel que soit le contenu du texte constitutionnel - y compris celui de 1958 qui voulait l’éviter-, puisque les « règles » (occultes) régissant la trajectoire et le gagne-pain personnels, ne figurent jamais dans la constitution (4).

Marcel-M. MONIN

  1. de conf. hon. des universités.

    (1) Accord de coopération en matière de sécurité entre la France et l'Ukraine

    (2) L’accord Macron-Zélinsky engage, entre autres,  les finances de l’Etat . Les signataires ont inscrit au dessus de leur signature que cet accord entrait en vigueur immédiatement. Or, puisqu’il engage les finances de l’Etat, le traité / accord ne pouvait entrer en vigueur ( texte de l’article 53 de la constitution) qu’après que sa ratification eut été autorisée par un vote du parlement. L’article 51-1 qui a été utilisé traite d’autre chose. - Ce qui a été escamoté par la classe politique -.

    L’article 51-1 permet au gouvernement  comme aux parlementaires, de provoquer un débat sur une question quelconque qu’ils déterminent. Lequel débat peut être suivi d’un vote si le gouvernement le décide ;  mais : vote qui n’engage pas sa responsabilité. Ce vote n’est pas le vote d’autorisation de ratifier.

    (3) Quand Darmanin, pas encore ministre, tapait sur macron  et 
    Présidentielle 2017 : "Macron, c'est l'homme sans projet, parce que c'est l'homme sans convictions" selon Bruno Le Maire

    (4) Il faut également relever que le texte de 1958 a été rédigé de telle sorte que le général de Gaulle puisse, comme président de la République, et « contre » les habitudes et les préoccupations diverses  des membres de la classe politique, assurer l’indépendance de la France, notamment à l’égard des USA, sa souveraineté dans tous les domaines, assurer l’intérêt général et la prospérité à venir par diverses  mesures de régulation et d’intervention dans l’économie, etc … Si l’on prend l’évolution des choses depuis le départ du général de Gaulle, l’hypothèse de travail est que le même texte a servi, ( à vérifier  par le recensement précis des faits),  compte tenu nécessairement des traits de caractère et des intérêts des successeurs, à faire le contraire. ( Ce qui devrait être de nature à calmer les ardeurs de ceux qui mettent trop d’espoir dans les réformes constitutionnelles). 

À LIRE AUSSI

Image
Sénat
Effets secondaires possibles d’une récente "constitutionnalisation"
TRIBUNE - La classe politique vient, au nom de la liberté des femmes à jouir de leur corps, de constitutionnaliser l’avortement. Lequel, dans la législation actuelle, ...
12 mars 2024 - 17:17
Opinions
Image
Tribune Monin Sots pas trop
Prendre les gens pour des sots ? Pas trop !
OPINION - Il n’y a, semble-t-il, que les escrocs qui dorment en prison qui savent que lorsque l’on manipule les gens, il faut que ces derniers ne se rendent pas compte...
14 novembre 2023 - 16:59
Opinions
Image
Tribune Monin santé mentale et destitution
Le président ose… Mais qu’osent les représentants nationaux ?
TRIBUNE - La Constitution de 1958 contient des dispositions dont l’objet était à l’époque de sa rédaction était d’éviter que les jeux politiciens n’empêchent que soien...
29 février 2024 - 12:59
Opinions

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Obama
Barack Obama, un continuum Soros/WEF teinté d’un paradoxe Kissinger/Nobel
PORTRAIT CRACHE - Barack Obama est ce personnage contradictoire, ambiguë, voire bicéphale, prêcheur de justice sociale financé par des Soros, Buffet et Goldman Sachs, ...
25 mai 2024 - 12:00
Politique
26/05 à 11:11
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.