Guibord Macron s'en va-t-en guerre  ?

Auteur(s)
Xavier Azalbert, France-Soir
Publié le 28 février 2024 - 22:00
Image
Macron
Crédits
F. Tanneau / AFP
Emmanuel Macron regardant à travers le périscope du sous marin nucléaire lanceur d’engins « le Terrible »
F. Tanneau / AFP

"Steve Guibord est un membre indépendant du Parlement Québec-Nord. Un coup du sort politique l’amène à effectuer seul un vote décisif : le Canada doit-il entrer en guerre avec le Moyen-Orient ? Sans expérience et sans équipe, mis à part son stagiaire Souverain, un étudiant haïtien en sciences politiques, ils embarquent alors tous deux pour une tournée politique qui les mettra sur le chemin de pacifistes, de miniers, de routiers et de groupes aborigènes…"

 

Emmanuel Macron l'a annoncé avant-hier : même s’il n’y a pas de consensus, il n’exclut pas la possibilité d’envoyer des troupes au sol en Ukraine, des militaires français, mais pas que.     

Il a fait ça de façon on ne peut plus officielle : conférence de presse en mondovision, au sortir d'un sommet entre chefs d'États européens (une vingtaine) qui s'est tenu à son initiative à l’Elysée, un sommet qu'il avait annoncé en grande pompe, deux jours avant, histoire de faire diversion ou de faire monter la mayonnaise, au choix. 

Officielle, et d'une manière fort démagogique, de sorte que très nombreux sont ceux qui pensent qu'il s'agirait là, avant tout, d'un contre-feu. Le contre-feu que Macron aurait allumé pour éteindre l'incendie, véritable brûlot médiatique, qui a fait de lui la risée du monde, après le fiasco total de sa visite, samedi 24 février, au Salon de l'agriculture. ("Jour de tremblement de terre en Macronie !") 

Néanmoins, il l'a dit : Emmanuel Macron serait 100 % prêt à "envoyer des troupes au sol en Ukraine". C'est-à-dire (je traduis) mettre la France dans une situation revenant à déclarer la guerre à la Russie. 

Toutefois, ceux qui craignent pour la vie d'Emmanuel Macron, il a beau être, hélas pour nous, "le chef des armées" en tant que président de la République, peuvent se rassurer : ce n'est pas lui qui ira sur le champ de bataille. Non. L'uniforme militaire, il l'enfile uniquement pour s'afficher en "chef de guerre" devant les caméras. 

Effectuer son service militaire, en temps de paix, il ne l'a pas fait. Je ne vois donc pas pourquoi il irait faire la guerre en personne aujourd'hui, qui plus est, contre la Russie. Contre le Liechtenstein, à la rigueur, et encore. Mais contre la Russie, non. Il ne me semble pas que notre armée puisse faire le poids face à la Russie avec quelques jours de munitions, en tant que 9e puissance militaire mondiale. Et même si nous détenons la force de dissuasion nucléaire, il y a longtemps que nous sommes distancés dans la course aux armements. 

Et surtout, les principaux dirigeants européens, concernés par ce fameux "sommet" au sortir duquel Emmanuel Macron a fait son annonce fracassante, tous ou presque ont démenti avoir donné leur aval en ce sens, Chancelier allemand en tête, qui a clairement fait savoir que, non, il n'était aucunement question, "en l'état", d'envoyer des troupes au sol en Ukraine. 

Plus encore que les très rares grognards de Napoléon qui ont survécu miraculeusement, les soldats allemands savent mieux que quiconque qu'il faut être complètement fou pour aller faire la guerre en Russie et se risquer sur ce territoire au climat hostile, et glacial en hiver, contre des habitants, qui eux y sont rompus, et qui n'ont cédé, devant personne, toutes armées comprises, toutes époques confondues. Attaquer donc la Russie aujourd'hui - un des pays les mieux armés de la planète, disposant d'une réserve en hommes très importante, serait suicidaire. Tant pour l'OTAN, que pour la France seule. 

Résultat des courses : Macron qui espérait effacer la Bérézina de sa visite au Salon de l'agriculture, et laver l'affront subi au cœur profond de l'Hexagone, se retrouve ridiculisé tant au niveau national qu’à l'international. 

Qu'importe ! Il a l'habitude. Guibord Macron s'en va-t-en guerre ! En tout cas, il le voudrait bien. Ceci visiblement, sans avoir envie d'en parler au Parlement, comme l'y oblige pourtant la Constitution. Macron fait des déclarations à l'emporte-pièce. Rappelant que l'accord de coopération franco-ukrainien contient des éléments qui en eux-mêmes pourraient être considérés comme des déclarations de guerre, notamment l'article 12. 

"Les participants réaffirment que la Fédération de Russie doit payer pour la reconstruction à long terme de l'Ukraine. Conformément au système juridique français, les actifs souverains russes relevant de la juridiction de la France restent immobilisés jusqu'à ce que la Fédération de Russie ait payé pour les dommages qu'elle a causés à l'Ukraine. Le participant français, en collaboration avec ses partenaires, continuera à explorer toutes les voies légales compatibles avec les obligations contractuelles applicables et conformes au droit européen et international, par lesquelles les avoirs russes pourraient être utilisés pour soutenir l'Ukraine. 

La Russie doit payer, mais au nom de quel droit ? Ça, l'histoire ne le dit pas.

Désolé M. Macron : ne peut pas toujours celui qui veut. C'est l’histoire de la grenouille qui veut se faire plus grosse que le bœuf, du La Fontaine ! Guibord Emmanuel a beau bomber le torse et grossir ses yeux, il n'est nullement crédible aux yeux du monde ! 

Les Bronzés du SNU, la nouvelle production cinématographique des studios "Macron et Cie" aurait pu nous faire rire, si l'histoire ne s'ancrait pas dans la réalité. Triste réalité, dramatique même, que d'avoir à la tête du pays un président de la République qui ne se montre pas à la hauteur de la fonction, déconnecté qu'il est des réalités géopolitiques, et de la réalité de la guerre. Déconnecté de la réalité tout court... 

Emmanuel Macron ne semble rien écouter, ni personne. Pas plus ses ministres, que ses anciens ministres des Affaires étrangères, que le corps diplomatique qu'il a dissout, ses généraux, ses officiers supérieurs. 

"Parce que c'est notre projet !" Ah ça, c'est sûr, et cela nous est dévoilé de plus en plus clairement chaque jour. 

Des chars d'assaut, nous n'en avons pas assez, et leur fonctionnement ne serait pas satisfaisant. En termes d'infanterie, là aussi, nous serions très loin du compte, tant en termes d'effectifs formés que d'effectifs mobilisables. 

Emmanuel Macron croit sans doute qu'avec une formation express, on va pouvoir envoyer des militaires aguerris sur le terrain ? Là encore, selon l'analyse de nos militaires, la France n'a tout simplement pas les moyens de ses ambitions. Cette perspective est juste inimaginable, mais qu'importe : le Président Macron se voit en Général De Gaulle, version low cost, défenseur de la veuve et de l'orphelin, et défenseur de la démocratie "exemplaire en tous points" qu'est devenue l'Ukraine de Volodymyr Zelensky. 

Comme on est loin du compte ! Emmanuel Macron n'est qu'un Président aux pieds plats, au bilan désastreux, rêvant d'un destin qu'il n'aura jamais. Un hurluberlu qui va cependant réussir à mettre le pays à feux et à sang. 

Comment ira-t-il expliquer au peuple une mobilisation à l'automne après les JO ? 

En disant que c'est bon pour la France, d'aller envoyer au combat les hommes du pays, pendant que les femmes sont réquisitionnées pour l'effort de guerre dans les usines d'armement, ceci sans nulle autre forme de procès. Sacrifier les civils de toutes les manières qui soient, avec en perspective, dans les heures de repos, les tickets de rationnement. Parce que c'est également cela l'économie de guerre dont parle le Président. 

À vous de voir si vous souhaitez que vos enfants soient sacrifiés pour une guerre qui n'est décidément pas la nôtre, malgré ce que l'on veut nous faire croire. Nos aïeux ont vécu la guerre : sang et souffrance. Nous ne le voulons pas. Non ! Nous ne voulons pas nous faire tuer pour l'Ukraine qui ne fait PAS partie de l'OTAN, un pays dont les terres ont été rachetées par BlackRock ou d'autres fonds de pension. Parce que c'est aussi de cela dont il est question. On ne fera pas leur job ! 

Non, ne participons pas aux délires américains qui ne laissent derrière eux que des cendres, en témoignent certains conflits armées créés de toutes pièces. Il n'y a qu'à voir les résultats en Libye, Syrie, Irak, etc. La liste n'est pas exhaustive, hélas ! 

En 1939, nous avons eu une guerre bien différente de celle qui s'approche. À l'époque, l'Allemagne avait envahi des territoires en commençant par la Pologne, puis en occupant la France. 

Mais il s'agit de revenir à l'histoire : c'est bien l'Ukraine qui a bombardé le Donbass, dès 2014. Et la Russie a finalement décidé d'en découdre avec ce pays, pour des raisons géopolitiques et géostratégiques qui, finalement, n'appartiennent qu'à Poutine, mais surtout parce que l'OTAN n'a eu de cesse de provoquer la Russie, en installant, çà et là, tout un tas de bases militaires à ses frontières...

Poutine est patient, très patient. Oui, il a bien commis ce crime de lèse-majesté otanien, en se lançant dans une opération militaire en Ukraine. Mais n'a-t-il pas attendu la mise en œuvre des accords de Minsk depuis 2015, en regardant pousser des bases militaires autour de chez lui ? Veut-on le transformer en fou de guerre ? Il tient, ne déroge pas à sa ligne stratégique : il répond avec fermeté et mesure, aux attaques illégitimes incessantes d'Emmanuel Ier. Et pendant que le pauvre roi de France s'agite et parle aux mouches du Salon de l'agriculture, Poutine et la Russie dynamisent les BRICS. La Russie est incontournable. Ceci d'autant plus que sa monnaie ne s'est jamais aussi bien portée, en dépit des sanctions économiques et financières de l'Europe ! 

Poutine est un tacticien. Il joue la montre, il garde son calme, il place ses pions et attend un faux pas de ceux qui se sont déclarés ses ennemis. Au nom de quoi, de qui ? Au nom d'un président ukrainien qui, avant d'être élu, jouait du piano avec son pénis à la télé ?   

Et pourquoi pas la Cicciolina en général de corps d'armée tant qu'on y est ? Les uniformes pourraient être amusants sur le front !

Soyons sérieux, nous ne sommes pas dans une série Netflix. Espérons que les pantins se reprennent. Actuellement, on est à des années-lumière du général Patton et des Mémoires de Churchill : des "startupeurs" qui n'ont pas fait leur service militaire se rêvent vainqueur de guerre avec des civils non préparés. Ou juste préparés de force à la précarité, ne voyant que trop peu la politique d'austérité qui s'annonce dans notre pays pour le citoyen de base. 

"Toujours plus pour le Château et l'Ukraine, et rien pour le peuple !"  Mais quand le Peuple va-t-il se réveiller ?" 

Avec les élections européennes qui auront lieu dimanche 9 juin 2024, les Français auront une belle occasion de fronder dans les urnes. Cela suffira-t-il ? D'ici, nous pouvons compter sur quelques courageux, le sénateur Alain Houpert et le député Dupont-Aignan, par exemple, qui ont saisi le Conseil d’Etat pour demander que le Président respecte la Constitution en soumettant l’accord franco-ukrainien au Parlement. Messieurs et mesdames les parlementaires, n’est-il point temps, si vous représentez encore notre peuple, d’emboîter le pas de ces valeureux serviteurs de la Nation en faisant une intervention volontaire à votre tour ? Dans le cas contraire, ne soyez pas étonné de la sanction que vous subirez dans les urnes. 

Les mots n’ont que peu de poids face aux actes.

"Il n'y a pas d'amour, il n'y a que des preuves d'amour" disait Cocteau l'empruntant à Reverdy. Mesdames et Messieurs les députés et sénateurs il est grand temps de joindre les actes à la parole en apportant la preuve de votre amour pour la France et les Français.

À LIRE AUSSI

Image
Le courage de la paix Edito XA
Le courage de la Paix
J'ai une idée. Une suggestion. Plutôt que de se laisser glisser lentement mais sûrement, irrésistiblement, même, vers les tentations de la non-paix à laquelle nous n'a...
27 février 2024 - 16:30
Opinions
Image
Edito Tilt
Tilt !
EDITO - Le temps de “l'extraball" est passé. Emmanuel Macron a beau avoir changé de Premier ministre, remplacé une dame usée (23 passages par le 49-3 !) par un fringan...
12 février 2024 - 17:00
Opinions
Image
Otan
L’OTAN nous apporte le vent, celui de la destruction
ÉDITO - Pendant qu'Emmanuel Macron délaisse les outils de la diplomatie afin d'éviter que le conflit russo-ukrainien ne dégénère en Troisième guerre mondiale, Vladimir...
23 mars 2023 - 20:30
Opinions
Image
Edito XA Columbo Fogiel
Veuillez m'excuser, ms'ieur, encore une petite question...
EDITO - La question s'adresse à Marc-Olivier Fogiel. Pourquoi lui ?Car dans un épisode télévisé face à l'inspecteur Columbo, l'ami “Marco” joua le méchant.En effet, da...
28 février 2024 - 14:20
Opinions

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Castex
Jean Castex, espèce de “couteau suisse” déconfiné, dont l'accent a pu prêter à la bonhomie
PORTRAIT CRACHE - Longtemps dans l’ombre, à l’Elysée et à Matignon, Jean Castex est apparu comme tout droit venu de son Gers natal, à la façon d’un diable sorti de sa ...
13 avril 2024 - 15:36
Politique
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.