Une nouvelle espèce humaine ? L’étonnante découverte au sujet de l'Homme dragon

Auteur(s)
FranceSoir
Publié le 30 juin 2021 - 14:37
Mis à jour le 01 juillet 2021 - 14:37
Image
evolution
Crédits
Unsplash
L’Homo longi, ou l’Homme dragon, appartient à une nouvelle espèce, plus grande que tous les autres humains archaïques connus
Unsplash

Selon un article publié dans la revue scientifique américaine The Innovation, un groupe humain qui vivait en Asie orientale il y a au moins 146 000 ans pourrait appartenir à une toute nouvelle espèce humaine.

Une nouvelle espèce humaine, découverte il y a presque un siècle, mais cachée dans un puits

L’Homme dragon tient son nom de la province chinoise de la “rivière du dragon”, qui est le nom courant pour la province du Heilongjiang, où un crâne a été trouvé en 1930 lors de la construction d’un pont. L’ouvrier qui a trouvé le crâne s’est douté de l’importance de sa découverte car les dimensions n'étaient pas habituelles. Sous l’occupation japonaise, il a caché le crâne dans un puits, où il est resté jusqu'à ce que sa famille, qui a pris connaissance de la découverte avant sa mort, contacte des chercheurs pour rendre le crâne à la science. Près de quatre-vingt-dix ans plus tard, l’étude publiée dans la revue The Innovation assure que l’Homo longi, ou l’Homme dragon, appartient à une nouvelle espèce, plus grande que tous les autres humains archaïques connus, mais pas si différente. Alors que l’Homme dragon possède des orbites particulièrement carrées, une boîte crânienne longue et basse, une absence de crête sagittale le long de la ligne médiane du sommet du crâne et des pommettes fines, plates et situées en bas de la face, comme l’homo sapiens, ses dents possédaient trois racines, un trait rare chez les Hommes modernes. Selon les experts, il pourrait s'agir d’un parent proche de l’Homme de Denisova, dont on ne connaît pas grand-chose, mais aussi d’un cousin de l’Homme de Néandertal.

L’Homme dragon n’est peut-être pas d’une espèce différente

Pour beaucoup de scientifiques, comme le souligne un article de The National Geographic, cette découverte fait débat : il n’est pas si clair qu’il s’agisse d’une espèce différente, car de nombreuses caractéristiques pourraient plutôt être des variations au sein d’une même espèce. Il pourrait appartenir à la même espèce que l'Homme de Denisova, qui n’est pas reconnue comme espèce elle-même, mais qui a probablement peuplé l’Asie pendant des dizaines de milliers d’années. Malheureusement, les fossiles étant très anciens, leur ADN n’a pas été conservé, ce qui empêche les chercheurs de réaliser une confirmation génétique. Selon les recherches, alors que les Néandertaliens se sont étendus en Europe et au Moyen-Orient, les Dénisoviens auraient migré vers l’Asie.

Des lignées d’hominidés subsistent, mélangées avec les homo sapiens

Certains chercheurs affirment que les lignées séparées d’hominidés ne se sont pas complètement éteintes, mais qu’elles subsistent, partiellement mélangées avec l'homo sapiens. Par exemple, un homme moderne peut compter jusqu'à 4 % de gènes Néandertaliens. 

Dessin de la semaine

Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de FranceSoir est confirmée.

La newsletter FranceSoir

En vous inscrivant, vous autorisez FranceSoir à vous contacter par e-mail.