Vaccination Covid d'un mineur : faut-il l'accord des parents et de l'enfant ?

Auteur(s)
Hédy Sellami pour France-Soir
Publié le 26 février 2024 - 14:33
Image
Vaccination des enfants
Crédits
Pascal Pochard-Casabianca / AFP
Centre pédiatrique de Bastia, 22 février 2022.
Pascal Pochard-Casabianca / AFP

SANTE - La vaccination des enfants contre le Covid n'est pas obligatoire. Un mineur peut-il la recevoir sans l'autorisation de ses parents ? Ces derniers peuvent-ils l'imposer à leur enfant ? 

Les règles sur la vaccination des mineurs contre le Covid-19 ont subi des fluctuations. Dans son état actuel, la réglementation opère une distinction selon l'âge de l'enfant. 

Enfant âgé de 5 à 11 ans 

Légalement, l'injection est possible (mais reste facultative) pour un gamin dès l'âge de 5 ans, sans qu'il y ait à démontrer que le Covid lui fait courir un danger particulier. 

Enfant âgé de 6 mois à 4 ans 

La vaccination est également possible pour les bébés de 6 mois à 4 ans s'ils se trouvent dans l'un des deux cas suivants : 

  • soit ils vivent en compagnie d'une personne immunodéprimée ou ne répondant pas à la vaccination ;
  • soit il est soumis à un “risque de formes graves de Covid et de décès” (article 5 de l'arrêté modifié du 1er juin 2021 relatif aux mesures d'organisation et de fonctionnement du système de santé maintenues en matière de lutte contre le Covid).

Si le petit se trouve dans l'un de ces deux cas, la vaccination ne devient pas pour autant obligatoire : elle demeure facultative. 

Dans son avis 2022.0064/AC/SESPEV du 15 décembre 2022, la Haute Autorité de Santé (HAS) liste des comorbidités pouvant, selon elle, justifier, la vaccination Covid des enfants de 6 mois à 4 ans révolus.   

Quoi qu'il en soit, il semble donc qu'un membre du personnel de santé doive refuser d'injecter un petit âgé de 6 mois à 4 ans si ce petit ne remplit aucune des conditions précitées (ou s'il y a contre-indication médicale, ou même, selon nous, si l'injection, soit présente un danger quelconque pour l'enfant, ou ne présente aucun intérêt pour lui).     

Accord des parents indispensable 

Quel que soit l'âge de l'enfant (qu'il ait 6 mois ou 17 ans), l'injection ne peut se pratiquer qu'avec l'accord des deux titulaires de l'autorité parentale, sauf si l'un d'eux est dans l'impossibilité de recueillir le consentement de l'autre.   

D'après le ministère de la Santé, il y aurait impossibilité de recueillir le consentement de l'autre parent si celui-ci ne répondait pas dans un délai raisonnable au parent lui demandant son accord pour la vaccination de l'enfant. Reste à savoir ce qu'il faut entendre par “délai raisonnable”. Et à savoir également si d'autres situations ne pourraient pas être considérées comme rendant impossible la réception de l'accord de l'autre parent. Ce sont peut-être les tribunaux qui trancheront s'ils sont saisis à l'occasion de différends. 

L'autorisation parentale doit être écrite 

L'autorisation des titulaires de l'autorité parentale doit se matérialiser par un écrit signé (Formulaire d'autorisation parentale de vaccination Covid)

En revanche, le jour de l'injection, il n'est pas obligatoire que l'enfant soit accompagné de ses deux parents. 

Le mineur peut même se présenter avec une tierce personne, à condition que cette dernière prouve qu'elle a l'accord des deux titulaires de l'autorité parentale, à condition aussi qu'elle produise un formulaire d'autorisation parentale signé par les parents (ou par un seul parent si celui-ci a été dans l'impossibilité de recueillir le consentement de l'autre).     

Consentements réciproques indispensables pour un adolescent âgé de 12 à 17 ans 

Selon le ministère de la Santé et de la Prévention, “il n'est pas possible pour un mineur de se faire vacciner si les deux parents n'ont pas donné leur accord par écrit via le formulaire correspondant, sauf impossibilité pour l'un des deux parents de recueillir l'accord de l'autre parent”. Cela vaut y compris pour les jeunes âgés de 12 à 17 ans, qui, eux aussi, ne peuvent se faire injecter qu'avec le consentement des titulaires de l'autorité parentale.   

Toujours selon le ministère de la Santé, “les mineurs d'au moins 12 ans ne peuvent pas être vaccinés sans leur consentement, conformément aux recommandations du Comité consultatif national d'éthique (1).” 

En définitive, le mineur ne doit pas recevoir une injection Covid s'il n'a pas l'accord de ses parents, ou si, ayant au moins 12 ans, il refuse l'injection.   

(1) Rappelons que, dans son avis publié le 9 juin 2021 concernant le Covid et intitulé : “Enjeux éthiques relatifs à la vaccination contre le Covid des enfants et des adolescents”, le Comité consultatif national d'éthique a notamment mentionné l'importance de tenir compte du consentement du mineur. 

Diplômé en droit, Hédy Sellami est journaliste et juriste. Il a écrit pour un mensuel juridique, la rubrique juridique d'un hebdomadaire, pour une maison d'édition spécialisée en droit social, et pour des sites de conseils juridiques aux citoyens. Il est également l’auteur d’un ebook brossant les aspects légaux qui concernent la vaccination. 

À LIRE AUSSI

Image
Logo Pfizer siège social France
Pfizer annonce 17 nouveaux traitements en France d'ici à 2026
Le butin issu du Covid-19 n'était peut-être qu'un début pour Pfizer, qui prévoit de lancer 17 nouveaux traitements dans l'Hexagone au cours des deux prochaines années....
23 février 2024 - 20:15
Société
Image
Vaccin NB
Covid-19 : Des effets secondaires liés aux vaccins confirmés par une étude internationale
Myocardites, péricardite, syndrome de Guillain-Barré... Publiée le 12 février dernier dans la revue scientifique Vaccine, une étude menée par le Global Vaccine Data Ne...
22 février 2024 - 19:50
Société
Image
IHU
Une analyse indépendante des données des 30423 patients soignés à l’IHU-Méditerranée Infection donne des résultats encore meilleurs que ceux initialement annoncés par les équipes de l’IHU
Réunis autour du Professeur Christian Perronne, Valère Lounnas (PhD de chimie théorique appliquée aux protéines et ancien chercheur à l'EMBL-Heidelberg), Pr. Eleftheri...
19 février 2024 - 06:48
Société

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Castex
Jean Castex, espèce de “couteau suisse” déconfiné, dont l'accent a pu prêter à la bonhomie
PORTRAIT CRACHE - Longtemps dans l’ombre, à l’Elysée et à Matignon, Jean Castex est apparu comme tout droit venu de son Gers natal, à la façon d’un diable sorti de sa ...
13 avril 2024 - 15:36
Politique
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.