Le patron de Sciences Po a fait un tour en garde à vue pour "violences conjugales"

Auteur(s)
France-Soir, avec AFP
Publié le 04 décembre 2023 - 20:30
Image
L'accès principal de Sciences Po à Paris fermé en raison d'une occupation
Crédits
© FRANCK FIFE / AFP/Archives
© FRANCK FIFE / AFP/Archives

Nouveau scandale pour l'école de l'élite en France. Dimanche soir, le directeur de Sciences Po Paris, Mathias Vicherat, a été placé en garde à vue dans une affaire de violences conjugales. Il en est sorti lundi après-midi, mais l'enquête se poursuit.

Après que la Cour des comptes a relevé les déboires financiers de Richard Descoings, président de Sciences Po de 1996 à 2012, et que son successeur Frédéric Mion a été contraint de démissionner pour avoir dissimulé les soupçons d'inceste visant le politologue Olivier Duhamel, voilà que Mathias Vicherat est sous le coup d'une enquête pour violences conjugales.

Montrez l'exemple, qu'ils disent. Pour une école qui se veut avant-gardiste, élitiste et rayonnante à l'international, ça en jette. D'autant qu'en novembre 2021, quand il a repris les rennes de Sciences Po, il avait décrété "priorité absolue" les violences sexistes et sexuelles.

Faites ce que je dis, pas ce que je fais. C'est peut-être le fait d'être passé par l'ENA, dans la même promotion qu'Emmanuel Macron, qui lui a donné cette tendance...

Quoi qu'il en soit, sa compagne et lui s'accusent mutuellement de violences, même si "l'unité médico-judiciaire n'a relevé d'incapacité totale de travail sur aucun des deux, et aucun des deux n'a souhaité déposer plainte à ce stade." L'enquête se poursuit donc "en préliminaire", d'après le ministère public.

L'institution, mère de 15 000 étudiants, n'a pas commenté pour l'instant. En même temps, que dire ?

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Portrait Thierry Breton
Les numéros d’illusionniste du commissaire censeur Thierry Breton
PORTRAIT CRACHE - Thierry Breton, ingénieur devenu dirigeant d’entreprise, ministre, puis commissaire européen, a laissé derrière lui une ribambelle de restructuration...
24 février 2024 - 09:52
Portraits
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.