Deux ONG brûlent deux tonnes d'ivoire à Reims pour endiguer son commerce

Auteur(s)
France-Soir, avec AFP
Publié le 28 novembre 2023 - 21:55
Image
Des défenses d'éléphants saisies à Hong Kong, le 6 juillet 2017
Crédits
© ANTHONY WALLACE / AFP/Archives
Des défenses d'éléphants saisies à Hong Kong, le 6 juillet 2017.
© ANTHONY WALLACE / AFP/Archives

Mardi 28 novembre, le Fonds international pour la protection des animaux (IFAW) et l'Office français de la biodiversité (OFB) ont organisé à Reims la destruction d'1,8 tonne d'ivoire pour contribuer à endiguer son commerce.

Des défenses d'éléphants, des bijoux, des statuettes, brute ou travaillée, en jeu ou en bracelet, l'ivoire sert à produire des "objets magnifiques", mortels pour les éléphants. Les 1.800 kilos d'objets dont on parle ici, équivalent des défenses d'environ 180 éléphants, ont d'abord été broyées, puis incinérés, sous le contrôle d'un huissier.

Pour les deux organisations non gouvernementales (ONG), il s'agit d'agir "sur un trafic responsable de la mort de milliers d'éléphants chaque année". L'action "montre symboliquement que l'ivoire n'a de valeur que pour les éléphants", a souligné le directeur d'IFAW France, David Germain-Robin.

Comme le rapporte l'AFP, il ne reste aujourd'hui que 400.000 éléphants en Afrique, soit un déclin de 70% par rapport aux années 1970, principalement dû au braconnage.

À terme, leur engagement vise à enrayer définitivement le commerce d'ivoire, déjà règlementé mais toujours prolifique illégalement. Pour ça, l'IFAW a lancé en 2015 une campagne baptisée "Je donne mon ivoire" pour inciter les particuliers à remettre leurs objets afin de les détruire. "Par conviction éthique ou faute de pouvoir les vendre légalement suite aux dernières évolutions de la règlementation", de nombreux particuliers se sont tournés vers l'association.

"La quantité des objets collectés montre surtout l'importance de pérenniser à l'avenir un système sécurisé de collecte et de destruction de l'ivoire, pris en charge par l'État", insistent l'OFB et l'IFAW. Pour l'instant, ces collectes excluent les objets de "haute importance, culturelle, artistique ou historique", que peuvent abriter les musées, par exemple.

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Portrait Soros
George Soros entre coups de bourse, coups de cœur et coups d'Etat
PORTRAIT CRACHE - George Soros : le super-héros des marchés qui jongle avec les chiffres et secoue le cocotier de Wall Street quand il “n’ouvre pas les sociétés” à la ...
16 février 2024 - 16:00
Portraits
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.