En Chine, les jeunes de la génération Z ne veulent plus faire d’heures supplémentaires

Auteur(s)
FranceSoir
Publié le 25 janvier 2022 - 16:48
Image
Un couple de Chinois se balade avec son enfant sur un pont à Shandong dans l'est de la Chine, le 6 septembre 2018
Crédits
© STR / AFP
Les jeunes chinois privilégient le temps du repos (couché) à celui du travail, après des décennies de tradition de sacrifice au travail.
© STR / AFP

En France, le mouvement du “détravail” fait des émules chez les jeunes. Ce phénomène est global, mais il prend des formes différentes selon les régions du monde. En Chine, par exemple, les jeunes nés après les années 1995 font partie des premières générations à ne pas connaître les pénuries des époques passées, et pour eux, contrairement à leurs parents, faire des heures supplémentaires n’est plus synonyme de sécurité et de bonne situation professionnelle. On observe donc un phénomène appelé “lying flat” (“rester couché” en anglais) : les jeunes chinois privilégient le temps du repos (couché) à celui du travail, après des décennies de tradition de sacrifice au travail.

Plus qu’une vague de paresse, une philosophie contestataire du modèle consumériste

Selon le South China Morning Post, les travailleurs de la génération Z se sont, surtout suite à la pandémie, révoltés contre les philosophies de travail des géants du numérique comme Alibaba, créé par Jack Ma, qui défendait une culture du travail connue sous le nom de "996" pour décrire le fait de travailler avec plaisir de 9 h à 21 h, six jours par semaine. Ils remettent en cause l’éthique traditionnelle du travail en Chine, en refusant de faire des heures supplémentaires, en fournissant un travail de qualité médiocre, allant fréquemment et longtemps aux toilettes, en jouant avec leurs téléphones portables, ou en lisant des romans au travail. Ces jeunes se rebellent contre le modèle construit et établi pendant des dizaines d’années en Chine. Pour CNBC, ce mouvement n’est pas seulement une vague de paresse, mais une révolte du travail, menée par des philosophies anti-matérialistes et anti-consuméristes. Des slogans et manifestes circulent sur les réseaux sociaux, et ses partisans se baptisent eux-mêmes les "restés couchés”, par opposition aux modèles de travail excessif imposés par la société de consommation.

Une tendance qui ne plaît pas au gouvernement

Le président Xi Jinping ne voit pas ce mouvement d’un bon œil. Il l’a critiqué vertement en reprochant à cette tendance de bloquer les canaux de mobilité sociale ascendante et d’empêcher la création d’opportunités pour que davantage de personnes deviennent riches, ce qui finirait par profiter à toute la nation. Ce mouvement est, en effet, en conflit direct avec le « rêve chinois » ou le « grand rajeunissement de la nation chinoise » dont le gouvernement fait la promotion avec sa politique actuelle.

À LIRE AUSSI

Image
Les gens aiment s'en tenir à leurs habitudes
De plus en plus de pays optent pour la semaine de quatre jours de travail
La semaine de quatre jours de travail par semaine, payés cinq, est déjà pratiquée dans plusieurs pays : en Suisse, au Royaume-Uni ou encore aux États-Unis, des salarié...
24 janvier 2022 - 19:13
Société
Image
jeunesse
Travailler moins pour vivre mieux, ou la nouvelle tendance du "détravail"
Le marché du travail est en ébullition, et avec la pandémie, les actifs adoptent de nouveaux comportements. Nous avons récemment parlé de la tendance appelée la “grand...
21 janvier 2022 - 19:06
Société
Image
chine
En Chine, la loi punit désormais les parents pour le mauvais comportement de leurs enfants
La Chine part à la chasse aux "mauvais" parents. Désormais, le gouvernement chinois indique le chemin à suivre quant à l’éducation des enfants : si les parents ne les ...
07 janvier 2022 - 11:25
Politique

Dessin de la semaine

Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de FranceSoir est confirmée.

La newsletter FranceSoir

En vous inscrivant, vous autorisez FranceSoir à vous contacter par e-mail.