Coupe du monde de football en 2022 : carton rouge pour la kafala !

Auteur(s)
FranceSoir
Publié le 17 septembre 2020 - 12:11
Image
La construction des stades de football au Qatar
Crédits
KARIM JAAFAR / AFP
La construction des stades au Qatar a imposé de profonds changements à l"émirat
KARIM JAAFAR / AFP

En organisant la Coupe du Monde de football en 2022, le Qatar s’est aussi engagé à réformer en profondeur son droit du travail. Une réforme qui passera nécessairement par un changement d’habitudes.

Dès l’officialisation de l’organisation de la Coupe du Monde de Football 2022 par le Qatar (2010), les oppositions et les contestations se sont multipliées sur tous les fronts. Certains dénonçaient l’aberration écologique, d’autres la stupidité sportive, quand d’autres encore condamnaient sévèrement les conditions de travail des étrangers, qui devraient construire ces infrastructures titanesques. Au cœur de ces dernières attaques, le « droit » du travail au Qatar : la Kafala.

La kafala, un esclavagisme moderne ?

Comme dans les autres monarchies du Golfe, la kafala constituait alors le code du travail, jugé rétrograde, archaïque et dangereux par de nombreux observateurs. Agrégeant des coutumes, le plus souvent non écrites, la Kafala est souvent comparée à un « esclavage moderne ». Le travailleur étranger se voit ainsi privé de son passeport, et ne peut voyager ou se déplacer qu’avec l’accord de son employeur. Et s’il veut changer d’emploi, il doit là-encore obtenir l’autorisation de son employeur.

Ces dispositions, jugées d’un autre-temps par les observateurs internationaux, se doublent pour les travailleurs étrangers, venus préparer cette Coupe du Monde, de conditions de travail plus qu’éprouvantes.

La Kafala, un code du travail en pleine transformation au Qatar

 Alors que le Qatar enregistrait plusieurs décès sur ces chantiers de la Coupe du Monde, l’émirat se voyait menacé d’une enquête sur le travail forcé. Pour ne pas connaitre un tel procès (médiatiquement néfaste), le Qatar a du accepté l’installation d’un bureau de l’Organisation Internationale du Travail (OIT) à Doha en 2017. Et depuis, le pays n’a pas pu s’épargner d’une profonde réforme de son code du travail.

Depuis le 30 aout, les 2.5 millions de travailleurs étrangers du pays n’ont plus besoin officiellement de l’accord de leur entreprise pour pouvoir changer de travail. Et ils peuvent se déplacer librement. L’Emirat a donc mis fin à ces fondements les plus contestés de la kafala de manière officielle, même si dans les faits, les entreprises locales ont du mal à changer leurs habitudes ancestrales. La confiscation du passeport reste monnaie courante et il faudra une ambition politique forte pour réussir à faire évoluer la réalité des travailleurs qatari.

À LIRE AUSSI

Image
Robot Trax qui sera déployé dans les supermarchés français
Auchan Retail : des robots au Portugal, des suppressions d’emplois en France
Des robots vont déambuler dans les supermarchés et hypermarchés du groupe au Portugal avec la mission ambitieuse de tout voir et de tout analyser. C’est au Portugal, q...
10 septembre 2020 - 09:54
Société
Image
l'activité économique en France peine à se relancer
Relance de l’économie : une reprise difficile et déjà menacée !
La relance économique de l’Hexagone sera longue. Si chacun a conscience de cette réalité, on peut néanmoins craindre de voir cette reprise se confronter à d’innombrabl...
09 septembre 2020 - 10:16
Société

Dessin de la semaine

Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de FranceSoir est confirmée.

La newsletter FranceSoir

En vous inscrivant, vous autorisez FranceSoir à vous contacter par e-mail.