Ukraine : la situation "se complique" sur le front, reconnaît Zelensky

Auteur(s)
FranceSoir avec AFP
Publié le 05 février 2023 - 14:25
Image
Des militaires ukrainiens sur la ligne de front de la région de Donetsk en Ukraine, le 4 février
Crédits
AFP - YASUYOSHI CHIBA
Des militaires ukrainiens sur la ligne de front de la région de Donetsk en Ukraine, le 4 février 2023.
AFP - YASUYOSHI CHIBA

La situation "se complique" sur le terrain face aux troupes russes en Ukraine, qui est à nouveau la cible d'intenses bombardements, a reconnu samedi le président Volodymyr Zelensky.

"Au cours des 346 jours de cette guerre, j'ai souvent dit que la situation sur le front était difficile. Et que la situation se compliquait", a-t-il déclaré dans son message quotidien.

"Maintenant, on est à nouveau à un tel moment. Un moment où l'occupant mobilise de plus en plus ses forces pour briser notre défense. C'est très difficile désormais à Bakhmout, Vougledar, Lyman (dans l'est, ndlr) et dans d'autres régions", a ajouté le chef de l'État ukrainien.

"L'ennemi se regroupe dans certaines zones. Il concentre ses principaux efforts sur la conduite d'opérations offensives dans les directions de Koupiansk, Lyman, Bakhmout, Avdiïvka et Novopavlivka", avait peu auparavant averti le ministère ukrainien de la Défense.

Dans la région de Donetsk, des tirs d'artillerie "massifs" ont visé samedi matin Avdiïvka, sur la ligne de front orientale, après que Kramatorsk, une autre cité très convoitée par les Russes, a été touchée dans la nuit par des roquettes, ont signalé les autorités ukrainiennes.

Ces dernières 24 heures, dans la seule province méridionale de Zaporijjia, des obus se sont abattus sur des "infrastructures civiles" situées sur les territoires de 26 localités, selon les mêmes sources.

Les frappes ont également continué sur Kherson, une grande ville du sud prise puis abandonnée par les Russes.

Premier Leopard 2 canadien

Kiev, qui redoute une nouvelle attaque russe d'envergure, attend impatiemment la livraison des armes promises par les Occidentaux.

Samedi, le Canada a expédié le premier des chars Leopard 2 qu'il s'est engagé à fournir à l'Ukraine.

Les armes occidentales ne seront pas utilisées pour des attaques sur le territoire russe, a de son côté assuré le chancelier allemand Olaf Scholz dans une interview à l'hebdomadaire Bild am Sonntag. Il y a "consensus" sur ce point avec M. Zelensky, a-t-il dit.

Les alliés de Kiev ont franchi de nouveaux paliers dans le soutien militaire à l'Ukraine en s'engageant à fournir notamment des chars lourds et des roquettes de plus longue portée.

La nouvelle aide militaire américaine, d'un montant de 2,2 milliards de dollars, inclut à cet égard des roquettes qui pourraient quasiment doubler l'étendue du champ d'action de la force de frappe ukrainienne, selon le Pentagone.

Il s'agit en particulier de GLSDB (Ground Launched Small Diameter Bomb), des engins d'un petit diamètre tirés du sol pouvant atteindre une cible située à 150 km de distance et donc menacer des positions russes derrière les lignes de front.

Paris a parallèlement fait savoir que la France et l'Italie allaient fournir au printemps un système de défense sol-air de moyenne portée MAMBA pour aider l'Ukraine à "se défendre face aux attaques de drones, de missiles et d'avions russes".

Quant au Portugal, il est, lui aussi, disposé à envoyer des chars lourds de fabrication allemande Leopard 2 aux Ukrainiens.

M. Zelensky a en outre évoqué samedi, sans les préciser, les "choses très importantes" qu'il préparait avec le Premier ministre britannique Rishi Sunak, à la suite d'une conversation que les deux hommes venaient d'avoir.

Il en a profité pour saluer le fait que "maintenant, au Royaume-Uni, nos gars ont déjà commencé à s'entraîner sur des chars Challenger", dont Londres a promis de livrer 14 exemplaires à son pays.

Un embargo européen sur les produits pétroliers exportés par voie maritime doit par ailleurs entrer en vigueur dimanche, une mesure "négative" qui va "déséquilibrer davantage" les marchés, avait déploré le Kremlin.

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Hollande
François Hollande, président belliqueux, mais adepte du scooter
Entre théories politiques floues, promesses électorales non tenues et un penchant pour l'action militaire “à mi-chemin", François Hollande aura été plus souvent à la t...
13 juillet 2024 - 12:16
Politique
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.