L'OPEP prévoit une hausse de la consommation de pétrole et met en garde contre le "chaos"

Auteur(s)
Trina Banderas, France-Soir
Publié le 11 octobre 2023 - 12:51
Image
Hausse du pétrole
Crédits
Colton Sturgeon - Unsplash
La prime de risque sur le pétrole augmente en raison de la perspective d'une extension du conflit proche-oriental aux pays producteurs de pétrole tels que l'Iran et l'Arabie Saoudite.
Colton Sturgeon - Unsplash

MONDE - Les prix du pétrole ont augmenté lundi 9 octobre de près de 4 % en raison des inquiétudes liées à une escalade du conflit au Moyen-Orient. Le même jour, l'OPEP a averti que l'industrie pétrolière mondiale aura besoin d'investissements massifs atteignant 14 000 milliards de dollars d'ici 2045. Sans ces flux de capitaux, le marché risque de sombrer dans le "chaos".

Le prix du baril de pétrole brut Brent, utilisé par les pays de l'UE pour produire de l'essence, a grimpé de 4 % lundi 9 octobre suite à l'attaque du Hamas contre Israël. Cette hausse pourrait se traduire par une augmentation des prix des carburants dans les prochains jours.

Les marchés sont préoccupés par le risque d'une escalade du conflit au Moyen-Orient, pouvant s'étendre à l'Iran, un soutien clé du groupe palestinien Hamas impliqué dans l'attaque du samedi 7 octobre dernier en Israël. Cette situation pourrait encore réduire l'offre de pétrole brut, déjà limitée en 2023 en raison des restrictions de production imposées par l'OPEP, l'Arabie saoudite et la Russie. De plus, les réserves de pétrole américaines se trouvent à des niveaux historiquement bas, accentuant les préoccupations sur le marché.

Des prix en hausse

Avec cette récente hausse, les prix du pétrole brut ont atteint les niveaux qu'ils avaient en été. Depuis juillet jusqu'à la dernière semaine de septembre, les prix du WTI (West Texas Intermediate) et du Brent ont constamment augmenté, dépassant les 90 dollars. Actuellement, les analystes spéculent sur la possibilité que le prix du baril atteigne la barre des 100 dollars.

Le pétrole brut européen s'est échangé jusqu'à 88,99 dollars aux premières heures de dimanche matin (8 octobre), en hausse de 5,23 % par rapport à la clôture de vendredi (6 octobre=, mais a ensuite modéré sa hausse à 87,45 dollars plus tard dans la journée, réduisant son gain à 3,2 %. Lundi 9 octobre, le prix du baril de Brent a augmenté de près de 4 %, se situant juste en dessous de la marque des 88 dollars. Le WTI, son équivalent américain, a suivi une tendance similaire.

"La prime de risque sur le pétrole augmente en raison de la perspective d'une conflagration plus large qui pourrait s'étendre aux pays producteurs de pétrole voisins tels que l'Iran et l'Arabie Saoudite", explique l'analyste énergétique Saul Kavonic à la BBC. "Si le conflit implique l'Iran, qui a été accusé de soutenir les attaques du Hamas, jusqu'à 3 % de l'approvisionnement mondial en pétrole est menacé", a-t-il déclaré au radiodiffuseur public britannique.

Le chaos énergétique

"Ce qui est clair, c'est que le monde continuera à avoir besoin de plus d'énergie dans les décennies à venir", a averti le secrétaire général de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), le Koweïtien Haitham Al Ghais, dans un rapport présenté lundi à Riyad. D'après ses propos, le seul moyen de faire face à l'augmentation de la consommation d'énergie est d'investir massivement dans toutes les énergies.

Dans le cas du secteur pétrolier, Al Ghais prévient que "les appels à l'arrêt des investissements dans de nouveaux projets pétroliers sont malavisés et pourraient conduire à un chaos énergétique et économique". En ce sens, l'organisation estime que les besoins d'investissements pour le secteur pétrolier en général, entre 2022 et 2045, sont estimés à un total cumulé de 14 000 milliards de dollars (13 200 milliards d'euros), soit environ 610 milliards de dollars par an en moyenne (576,252 milliards d'euros).

"Si ces investissements ne se concrétisent pas, cela représente un défi et un risque considérables pour la stabilité du marché et la sécurité énergétique", prévient l'OPEP.

À LIRE AUSSI

Image
TP Affaires et Economie
Pour l'Opep, le pétrole a encore des décennies de croissance devant lui
Pas de répit dans la demande d'or noir : l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) s'attend à une hausse continue de la demande mondiale de pétrole d'ici ...
09 octobre 2023 - 10:05
Société
Image
Israël-Hamas
Israël et Gaza en guerre après une offensive surprise du Hamas
MONDE - Israël et la bande de Gaza sont en guerre après le déclenchement samedi au petit matin d'une offensive militaire surprise et spectaculaire du Hamas, qui a tiré...
07 octobre 2023 - 20:24
Politique
Image
dollar yuan
Le Pakistan s’approvisionne en pétrole auprès de la Russie, la première cargaison payée en yuans chinois
ÉCONOMIE/ÉNERGIE - Confronté à une pénurie d’énergie, le Pakistan s’est approvisionné en pétrole russe dans le cadre d’un accord conclu en mai avec Moscou. Une premièr...
19 juin 2023 - 08:30
Politique

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Castex
Jean Castex, espèce de “couteau suisse” déconfiné, dont l'accent a pu prêter à la bonhomie
PORTRAIT CRACHE - Longtemps dans l’ombre, à l’Elysée et à Matignon, Jean Castex est apparu comme tout droit venu de son Gers natal, à la façon d’un diable sorti de sa ...
13 avril 2024 - 15:36
Politique
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.