Macron évoque l'envoi de troupes en Ukraine et se fait rembarrer

Auteur(s)
France-Soir
Publié le 27 février 2024 - 19:30
Image
Emmanuel Macron en pilote de l'armée de l'air
Crédits
PHOTO AFP
Emmanuel Macron déguisé en pilote de l’armée de l’air en juillet 2017.
PHOTO AFP

Lundi 26 février, lors d'une conférence de soutien à l'Ukraine réunissant des membres de l'Union européenne et de l'OTAN, Emmanuel Macron a évoqué la possibilité d'envoyer des troupes sur le terrain. Bluff ou pas, l'idée est loin de faire consensus.

Le 16 février dernier, le président français recevait son homologue ukrainien à l'Élysée pour signer avec lui un pacte de sécurité bilatéral, lui promettant ainsi jusqu'à trois milliards d'aides militaires. Cette décision lui avait déjà valu une volée de bois vert, de nombreux élus estimant que cela méritait au moins une consultation parlementaire. Mais cela ne l'a pas empêché, hier, de recevoir à Paris une vingtaine de dirigeants européens ou membres de l'OTAN pour discuter du soutien à l'Ukraine.

Lire aussi :  Respect des institutions : le sénateur Houpert saisit le Conseil d'État 

En bon chef des armées, il a saisi l'occasion pour faire germer de bonnes idées : pourquoi n'enverrions-nous pas des troupes au sol ? "Il n'y a pas de consensus aujourd'hui pour envoyer, de manière officielle, assumée et endossée, des troupes au sol. Mais en dynamique, rien ne doit être exclu. Nous ferons tout ce qu'il faut pour que la Russie ne puisse pas gagner cette guerre", a-t-il annoncé.

Le hic, c'est que les autres dirigeants ne semblent pas de son avis. L'Allemand Olaf Scholz a assuré qu'il "n'y aura pas de troupes terrestres des pays de l'OTAN ou de l'UE sur le sol ukrainien". Idem pour la Pologne, la Slovaquie, la Suède et la Grèce. Même le chef de l'OTAN, Jens Stoltenberg, a rejeté les commentaires d'Emmanuel Macron.

Cerise sur le gâteau, le Kremlin s'est lui aussi permis une petite remarque, avertissant qu'envoyer des troupes en Ukraine ne serait pas dans l'intérêt des Occidentaux.

Alors, seul contre tous, de quoi Emmanuel Macron est-il encore capable ? Nous le découvrirons peut-être à la mi-mars, lorsqu'il se rendra en Ukraine lui-même. Entre-temps, le Parlement devra débattre et voter quant à ce fameux plan de sécurité bilatéral, comme l'y a finalement invité l'Élysée. Le sénateur Alain Houpert s'est réjoui de cette annonce, espérant que "la démocratie gagne".

Quoi qu'il en soit, peut-être est-ce un bon moment de rappeler les vers de Boris Vian : "S'il faut donner son sang, allez donner le vôtre. Vous êtes bon apôtre, Monsieur le président." 

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Castex
Jean Castex, espèce de “couteau suisse” déconfiné, dont l'accent a pu prêter à la bonhomie
PORTRAIT CRACHE - Longtemps dans l’ombre, à l’Elysée et à Matignon, Jean Castex est apparu comme tout droit venu de son Gers natal, à la façon d’un diable sorti de sa ...
13 avril 2024 - 15:36
Politique
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.