Emmanuel Macron : « Nous n’avons jamais été en rupture de masques », une sortie de route ?

Auteur:
 
Xavier Brunschvicg pour FranceSoir
Publié le 20 mai 2020 - 13:19
Image
Emmanuel Macron en visite dans une école de Poissy (Yvelines) à quelques jours du déconfinement
Crédits
Ian Langsdon / Pool / AFP
Emmanuel Macron : « Nous n’avons jamais été en rupture de masques », une sortie de route ?
Ian Langsdon / Pool / AFP

DECRYPTAGE : Le 18 mai, sur BFM TV, Emmanuel Macron déclare que la France n’avait jamais été en rupture de masques. Une déclaration qui provoque une véritable déflagration et suscite une colère unanime. Méthode coué ? Indécrottable arrogance ? Trouble du comportement ? Tentative de décryptage… 

Emmanuel Macron a-t-il relu son petit manuel de gestion de crise pour les nuls ? On peut raisonnablement en douter. S’il l’avait lu, il aurait retenu quelques principes fondamentaux de la communication de crise : transparence, réactivité, empathie, vérité…

Lorsque l’on est en situation de crise, le mensonge peut permettre de gagner un peu de temps ou de détourner quelques missiles. A très court terme, cela peut être utile, mais à moyenne échéance, c’est suicidaire. La vérité finit toujours par resurgir. Autant on pourra vous pardonner de ne pas avoir été à la hauteur dans la gestion d’une crise, autant on ne vous pardonnera jamais d’avoir menti. Et s’il est bien un sujet qui fait consensus dans la crise actuelle, c’est la gestion désastreuse des stocks de masques. Alors pourquoi Emmanuel Macron a-t-il fait de telles déclarations ?

 

Option 1 : la méthode coué. 

La méthode coué repose sur l’autosuggestion. Elle est très simple et rapide à mettre en œuvre. C’est le principe du « quand on veut on peut ». Pas besoin de vérité ou de rationalité dans cette méthode. Il suffit d’énoncer un postulat pour qu’il se transforme en vérité. Macron dit qu’il n’y a pas eu de rupture de masques donc il n’y a pas eu de ruptures de masques. Point à la ligne fermez le ban ! Relisez « 1984 » de Georges Orwell qui décrypte à la perfection les mécanismes d’un État totalitaire et vous comprendrez. Une vérité officielle en remplace une autre au gré des circonstances.

Le problème c’est que dans une société démocratique avec une presse libre, des contre-pouvoirs, des citoyens actifs sur les réseaux sociaux et une mémoire collective, cela ne marche pas

 

Option 2 : l’indécrottable arrogance. 

Emmanuel Macron dispose assurément de nombreuses qualités. Intelligent, ambitieux, séducteur, il n’est pas devenu Président de la République par hasard. Il nous surprend néanmoins régulièrement par des déclarations aussi arrogantes que péremptoires : « je traverse la rue je vous trouve un travail », les « Gaulois réfractaires au changement », les « femmes illettrées » de Gad, les « gens qui ne sont rien » en offrent quelques exemples. Cette déclaration sur les masques n’en serait-elle qu’une nième illustration ? Pas impossible. On ne se refait pas facilement

 

Option 3 : le trouble du comportement. 

Nous abordons là un sujet hautement sensible. Emmanuel Macron n’est pas fou loin s’en faut. Cela n’exclut pas de souffrir, de façon temporaire ou chronique, en raison de stimuli externes (pression, drogues, traumatisme) ou intrinsèques, de troubles du comportement. Nous ne parlons pas à ce stade de pathologie mentale rassurez-vous ! N’étant ni médecin ni psychologue, je m’abstiendrai d’émettre le moindre diagnostic. Il n’en demeure pas moins que les « grands hommes », ont souvent des personnalités complexes. La rançon de l’intelligence…

En conclusion, gardons-nous de tout jugement péremptoire et définitif. Les raisons de telles déclarations émises par notre Président de la République sont le résultat de nombreux facteurs cumulés et la situation que nous vivons actuellement est à proprement parler exceptionnelle.

Les acteurs de cette crise sont soumis à rude épreuve et il n’est pas étonnant qu’ils se laissent parfois aller à des sorties de route. 

 

Xavier Brunschvicg est Expert en communication et fondateur de www.clashman-corp.com

 

 

 

 

 

À LIRE AUSSI

Image
Tunnel
Déconfinement : l’impossible retour en arrière…
POINT DE VUE : Le Gouvernement menace de repousser la date du 11 mai pour le déconfinement si toutes les conditions ne sont pas remplies. Cette menace est-el...
04 mai 2020 - 14:03
Politique
Image
Injonction paradoxale
Confinés, les français à l’heure des injonctions paradoxales : tous schizophrènes ?
BILLET : Depuis le début de la crise du Coronavirus, les français ont été soumis à rude épreuve. L’une d’entre elles consiste à gérer de nombreuses « injonctions ...
16 avril 2020 - 01:32
Politique

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Portrait Soros
George Soros entre coups de bourse, coups de cœur et coups d'Etat
PORTRAIT CRACHE - George Soros : le super-héros des marchés qui jongle avec les chiffres et secoue le cocotier de Wall Street quand il “n’ouvre pas les sociétés” à la ...
16 février 2024 - 16:00
Portraits
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.