Monsieur Tiers à l'Elysée...

Auteur(s)
Alain Tranchant, pour France-Soir
Publié le 26 février 2024 - 16:53
Image
Tribune A. Tranchant Dette de la France
Crédits
F. Froger / Z9 pour France-Soir
Dans la bonbonnière élyséenne, un homme : M. Tiers. Sans provisions. Et toujours une faim de règne... Quoi qu'il en coûte.
F. Froger / Z9 pour France-Soir

TRIBUNE - Il faut vraiment que le scrutin européen du 9 juin inspire les plus grandes craintes au président de la République pour qu'il n'ait d'autre argument que d'exclure de "l'arc républicain" deux partis politiques : le Rassemblement National et Reconquête. Avec un risque majeur pour lui : que sa démarche, loin d'être efficace, soit plutôt contre-productive. Le sondage paru dans Le Figaro du 22 février, situant le Rassemblement National au premier rang des défenseurs des agriculteurs, va d'ailleurs dans ce sens. 

Si un parti politique n'est pas interdit, c'est qu'il est autorisé, aurait dit le très logique M. de La Palisse. Et autorisé notamment à solliciter les suffrages du corps électoral. Comment dénier l'appartenance à ce soi-disant "arc républicain" à une formation que le peuple français, par ses suffrages librement exprimés, a placé à trois reprises au second tour de l'élection présidentielle ? 

Arc pour arc, j'ai en revanche envie de dire, et je l'écris, que M. Macron n'a pas sa place dans "l'arc financier". C'est M. Tiers. Non pas son lointain prédécesseur, Adolphe Thiers, président de la République de 1871 à 1873. Mais ce M. Tiers d'aujourd'hui, dont le nom est attaché — qu'il le veuille ou non, et "quoi qu'il en coûte" à sa vanité — au plus du tiers de la dette publique de la France, après douze années passées sous les ors de la République. 

Ne parlons plus de liberté d'expression, d'honneur, d'indépendance

En 1968, les contestataires du régime défilaient en clamant, à propos du général de Gaulle, revenu au pouvoir en 1958, et qui avait tout de même rendu quelques menus services au pays, lui restituant sa liberté, son honneur, son indépendance : "Dix ans, ça suffit !". Quelques décennies plus tard, ne parlons pas de liberté, quand celle d'expression est menacée : après France-Soir, le tour de CNews est venu. Ne parlons pas d'honneur, quand la moitié de la dette publique est détenue par des étrangers. Ne parlons pas d'indépendance, quand nous sommes de plus en plus soumis aux décisions de technocrates apatrides abrités derrière leurs bureaux et leurs règlements à Bruxelles, ou de juges administratifs ou constitutionnels faisant la pluie et le beau temps à Paris. 

Et observons que, secrétaire général adjoint à l'Elysée, puis ministre de l'Economie sous François Hollande, enfin locataire de l'Elysée depuis sept ans, M. Macron s'est trouvé au centre du dispositif gouvernemental avant d'en prendre les commandes. Un indicateur donne une mesure indiscutable de ses 12 années au pouvoir : la dette publique de la France s'élevait à 1 833,8 milliards d'euros à la fin du quatrième trimestre 2012, elle culmine aujourd'hui à 3 088 milliards d'euros. Et ce ne sont pas les 300 à 400 milliards de la période Covid (qui aurait dû être gérée différemment, en soignant la population, sans obérer aussi fortement nos dépenses publiques), qui expliquent à eux seuls ce différentiel de 1254 milliards d'euros. 

Après le déni de réalité d'une loi de finances pour 2024 votée avec une prévision de croissance de 1,4 %, comme après une conférence de presse présidentielle en forme de "Dormez-bien, bonnes gens ! Tout va bien, la maison est tenue", le chef de l'Etat - si tant est qu'il y ait encore un Etat digne de ce nom, et il est plus que permis d'en douter - a envoyé son ministre de l'Economie à la télévision, à l'heure du dîner, afin d'annoncer aux Françaises et aux Français ce que les instituts de conjoncture disaient depuis des mois : la croissance n'atteindra pas 1,4 % en 2024. Et, de ce fait, 10 milliards d'euros d'économies s'imposent. Préposé aux mauvaises nouvelles (il avait déjà dû présenter l'augmentation de 10 % du prix de l'électricité) M. Le Maire fait maintenant le pari, risqué, d'un taux de croissance de l'économie française de 1 %, qui générerait, même s'il était atteint, de moindres rentrées fiscales. 

Et il fallait se pincer pour entendre, dans la foulée du ministre, un représentant d'une majorité parlementaire, qui n'en est pas une, parler sans rire du rétablissement des comptes de la France. Quelques chiffres illustrent éloquemment ce qu'il est difficile d'appeler une gestion. En 2023, le déficit de l'Etat atteignait 173 milliards d'euros, le déficit du commerce extérieur les 100 milliards d'euros. En 2024, le besoin de financement du pays, c'est-à-dire les sommes que la France doit emprunter sur les marchés financiers, va s'élever à 290 milliards d'euros... 

La faillite, nous voilà !

Au train où vont les choses, "le service de la dette", appellation contrôlée des “spécialistes” des finances publiques, sera le premier poste de dépenses de l'Etat en 2027. Selon diverses estimations, son montant atteindra entre 70 et 100 milliards d'euros, contre 40 en 2021, pour financer uniquement... le paiement des seuls intérêts de la dette. Comme il est loin le temps où Charles de Gaulle envoyait Michel Debré, alors ministre de l'Economie et des Finances, porter à l'Amérique (comme il disait) le dernier chèque de remboursement de notre dette ! Alors, nous étions la France aux mains libres, les contrats internationaux se négociaient aussi bien en francs français qu'en dollars, le franc menaçait même l'hégémonie du dollar. En ce temps-là, l'équilibre budgétaire était une règle d'or, un véritable dogme. Mais, depuis 1974, aucun budget n'a été voté en équilibre. Grandeur et décadence... 

Ma mémoire me rapporte aussi qu'après trois dévaluations du franc entre 1981 et 1983, M. Mitterrand — pris au piège de la durée qui était assurée par les institutions de la Ve République en pur produit de la IVe République qu'il était —  s'est trouvé contraint de décréter le fameux "tournant de la rigueur". Les 39 heures payées 40, la cinquième semaine de congés payés, la retraite à 60 ans étaient passées par là. Alors qu'il se rendait aux Etats-Unis, où La Fayette est tenu en haute estime du fait de son engagement dans la guerre d'indépendance, de mauvais esprits — forcément ! — avaient caricaturé le Président porteur d'une pancarte "La faillite, nous voilà !". La vérité oblige à dire que nous en sommes beaucoup plus proches aujourd'hui qu'il y a 40 ans...

Pour celles et ceux qui aspirent à assumer la relève de M. Macron en 2027, ou avant, il y a là un vrai et grave sujet de réflexion. Si le débat sur la situation financière de la France — dont tout dépend, le niveau de vie des Français comme notre influence dans les affaires du monde — a été éludé en 2022, il est impératif qu'il soit mis dès maintenant au cœur du débat public. Le peuple français est en droit d'exiger des candidats à la fonction suprême qu'ils lui disent clairement comment ils entendent éviter à notre pays une déroute historique et un déclassement définitif. De toute évidence, il n'y aura pas place pour la démagogie et les promesses inconsidérées à toutes les clientèles électorales lors de la prochaine campagne présidentielle, tant l'héritage sera lourd à porter. Pour cette seule raison, le pouvoir devrait faire preuve de modestie, lui qui mène la France aux abîmes avec un aplomb sidérant et une insouciance révoltante. 

Alain Tranchant est ancien délégué départemental de mouvements gaullistes en Vendée et Loire-Atlantique et président-fondateur de l’Association pour un référendum sur la loi électorale.  

À LIRE AUSSI

Image
Assemblée
Macron : les institutions, sujet tabou !
TRIBUNE - Drôle de conférence de presse du président de la République, en soirée, le 16 janvier à l'Elysée. Même si les chaînes de télévision les plus importantes avai...
23 janvier 2024 - 15:11
Opinions
Image
Départ en fanfare du gouvernement Attal
Gouvernement Attal : un départ en fanfare !
TRIBUNE - Pour ceux qui en auraient douté, les premiers pas du gouvernement Attal démontrent amplement qu'à moins de cinq mois des élections européennes, c'est une équ...
15 janvier 2024 - 15:28
Opinions
Image
Premier Conseil des ministres Tribune Alain Tranchant
Du ministère de la parole au gouvernement de la France
TRIBUNE - Gabriel Ier a donc succédé à Elisabeth II… Au terme de durs palabres, la composition du gouvernement Attal a été confirmée jeudi soir sur le perron de l'Ely...
12 janvier 2024 - 15:48
Opinions

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Castex
Jean Castex, espèce de “couteau suisse” déconfiné, dont l'accent a pu prêter à la bonhomie
PORTRAIT CRACHE - Longtemps dans l’ombre, à l’Elysée et à Matignon, Jean Castex est apparu comme tout droit venu de son Gers natal, à la façon d’un diable sorti de sa ...
13 avril 2024 - 15:36
Politique
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.