“Vous avez le bonjour d'Alfred  !”

Auteur(s)
Xavier Azalbert, France-Soir
Publié le 04 décembre 2023 - 16:15
Image
Kissinger Klaus Shwab
Crédits
Johannes Eisele / AFP
On ne rejoue pas une aventure de "Zig et Puce" à Davos, plutôt un épisode du "Muppet Show"...
Johannes Eisele / AFP

EDITO - Tels auraient pu être les derniers mots d'Henry Kissinger, mort le 29 novembre 2023 à un peu plus de cent ans.

En tout cas, moi, à sa place, c'est ce que j'aurais dit, histoire de finir sur un trait d'esprit. Un bon mot sonnant comme une épitaphe qui s'inscrit à 100 % dans la lignée d’une longue carrière.

En effet, premièrement, l'expression T'as le bonjour d'Alfred ! signifie Je dois y aller !  (1), deuxièmement, Alfred est le second prénom d'Henry Kissinger, et, troisièmement, maître absolu de la diplomatie reconnu par ses pairs, user du vouvoiement à son endroit s'impose.

La diplomatie, ce sujet précis des échanges entre États on ne peut plus singulier, puisqu'il consiste (souvent) à essayer de faire converser, avec des égards infinis, deux parties déchirées par un conflit généralement sanglant... Et c'est également l'art de se dire poliment des horreurs abominables, de vive voix et face à face, entre chefs d'État !

Et j'ajoute à cela que le Dictionnaire du français non conventionnel de Jacques Cellard et Alain Rey (2), indique que, pour un chauffeur de taxi, un serveur, un livreur, etc., avoir le bonjour d'Alfred consistait à avoir affaire à un client avare ou mécontent qui ne laisse pas de pourboire.

Ainsi, la formule correspond bien à la carrière du gentil Henry Alfred Kissinger.

Gentil entre guillemets, parce que si parmi les dirigeants des pays membres de l'OTAN, ou rattachés à cette organisation militaire supranationale, Monsieur Kissinger restera, dans les mémoires et les manuels d'histoire, comme un homme qui toute sa vie durant a œuvré pour la paix, dans l'équipe d'en face, c'est plus comme un Monsieur Henry, un des patrons du bordel total qu'est devenu le monde, question paix et équité, que le bonhomme — qui fut à la tête de la diplomatie américaine sous Nixon et Ford — risque de passer à la postérité.

Kissinger a beau avoir reçu le prix Nobel de la Paix en 1973, reste qu’en Asie, dans l’ex-URSS, au Moyen-Orient, en Afrique ou en Amérique Centrale ou du Sud... la diplomatie made in Kissinger n'aura épargné aucun continent, pour le meilleur parfois, et bien plus souvent pour le pire.

C'est en Asie que le bilan de Kissinger est le plus controversé.

En 1973, année où Kissinger a reçu le Nobel (officiellement pour avoir mis fin à la guerre du Vietnam), il négociait dans le même temps les termes de ce cessez-le-feu, alors que l’armée américaine exécutait l'ordre de poursuivre ses bombardements sur Hanoï, capitale du Vietnam...

En juillet dernier, Henry Kissinger, déjà centenaire, rencontrait le président chinois Xi Jinping.

Bien que les relations entre les deux premières puissances mondiales demeurent tendues, Kissinger est érigé aujourd'hui comme une source d'inspiration jusqu’en Chine. Dans les années 1970, époque durant laquelle il fut secrétaire d'État de Richard Nixon (puis de Gerald Ford), Henry Kissinger fit beaucoup pour l'entrée de la Chine sur la scène internationale.

Contrairement à Emmanuel Macron qui passera probablement par la case oubliettes  du point de vue diplomatique, on peut affirmer qu'en dépit des souvenirs douloureux que des centaines de millions de personnes, voire davantage, garderont de lui, profondément ancrés dans leur chair pour certaines, au moins autant d'individus garderont Henry Kissinger dans leur cœur ad vitam aeternam.

Mister Kissinger, vous avez donc le bonjour de France-Soir 

 

(1) On ne peut s'empêcher de se demander pourquoi Alfred au lieu d'Alphonse, Gédéon ou Siegfried ?
L'expression n'est pas attestée avant l'année 1930, mais c'est à partir de 1925 que le dessinateur Alain Saint-Ogan fait apparaître le pingouin Alfred, dans sa bande dessinée Zig et Puce (3), cet animal étant adopté par les deux héros. Ce personnage va connaître un grand succès, au point même que des produits dérivés seront créés autour de cet alcidé. Or, il se trouve que, lorsque Zig et Puce réussissaient à se débarrasser d'un adversaire ou à lui donner une leçon, ils ponctuaient généralement leur victoire par un :
"T'as le bonjour d'Alfred !"
C'est donc grâce au grand engouement pour ces histoires illustrées et leurs personnages que l'expression s'est rapidement répandue dans le langage courant. Il va de soi que si le pingouin s'était appelé Gontrand, la face du monde en eût été changée...

(2) Exemple de l'utilisation de l'expression : "Des mecs comme ça, ça mérite qu'une chose. Que ça barde un jour, et que dans le feu de l'action, on lui flanque un pruneau par-derrière, comme de juste, et ni vu ni connu, salut Wasselet : ‘T'as le bonjour d'Alfred !’" (Yves Gibeau, La guerre, c'est la guerre, 1961)

(3) Zig et Puce seront les premiers héros français de bande dessinée à s'exprimer dans des phylactères, ces fameuses bulles contenant ce que disent les personnages.

À LIRE AUSSI

Image
Wikipedia Edito Xavier
“Je n'ai plus confiance”
EDITO - Ce n'est pas moi qui le dis. C'est Larry Sanger. Et en quoi n'a-t-il plus confiance ? En Wikipedia, le site aux “X” milliards de vues (mieux encore que Twitte...
29 novembre 2023 - 13:41
Opinions
Image
Bouquinistes
Paris perd son âme et ça nous met en boîte !
EDITO - Vendredi 17 novembre 2023, lors d'un "test de faisabilité” effectué par les services municipaux avant les Jeux Olympiques, la mairie de Paris a démonté quatre ...
28 novembre 2023 - 17:14
Opinions
Image
Manifestation du 12 novembre 2023 contre l'antisémitisme
Le discours d’Emmanuel Macron que l’on aurait aimé entendre
EDITO - Le président de la République n'a pas participé à la manifestation contre l’antisémitisme, le dimanche 12 novembre. Nombreux sont ceux qui le lui reproch...
27 novembre 2023 - 14:30
Opinions

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Portrait Soros
George Soros entre coups de bourse, coups de cœur et coups d'Etat
PORTRAIT CRACHE - George Soros : le super-héros des marchés qui jongle avec les chiffres et secoue le cocotier de Wall Street quand il “n’ouvre pas les sociétés” à la ...
16 février 2024 - 16:00
Portraits
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.