Le discours d’Emmanuel Macron que l’on aurait aimé entendre

Auteur(s)
Xavier Azalbert, France-Soir
Publié le 27 novembre 2023 - 14:30
Image
Manifestation du 12 novembre 2023 contre l'antisémitisme
Crédits
Geoffroy Van der Hasselt / AFP
La marche contre l'antisémitisme du 12 novembre 2023 : une union de façade et beaucoup de cuisine politiciennes...
Geoffroy Van der Hasselt / AFP

EDITO - Le président de la République n'a pas participé à la manifestation contre l’antisémitisme, le dimanche 12 novembre.

Nombreux sont ceux qui le lui reprochent et pas qu’au sein de la macronie. Chez certains, on prend même cet acte pour untrahison. Ou un retournement de veste après le soutien inconditionnel à Israël que le Président est allé apporter à Tel-Aviv (pour être sûr d'être entendu, après la visite dUrsula von deLeyen ?) au début de la guerre. En même temps (!), d'autres personnalités, moins nombreuses semble-t-il, politiciens ou journalistes, s'en sont accommodées, voire réjouies, mais sans que leurs voix n’aient eu un grand écho. Une extinction de voix due à la grippe saisonnière, peut-être ?

Ceux qui s'en réjouissent pointent du doigt le fait qu'en refusant de céder à l'appel à y participer que lui a lancé le CRIF (Conseil représentatif des institutions juives de France), Emmanuel Macron a replacé la laïcité, plutôt que l’église, au centre du village, l'article premier de la Constitution déterminant noir sur blanc que La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale.

Faire dans le social, ce n'est pourtant pas trop son truc à Emmanuel Macron. Lui qui est aussi rétif au recours au référendum qu'attaché à l'utilisation du 49-3, pour ce qui est du démocratique, là aussi ce n'est pas cela...

En revanche, depuis qu'il est à l’Élysée, il a systématisé l’usage du "diviser pour mieux régner"Une fois n'est pas coutume, en refusant de participer à cette marche contre l'antisémitisme, question indivisibilité de la République, Emmanuel Macron a fait ce qu'il a pu. Face à cette guerre Juifs contre Musulmans (c'est du moins comme cela que les médias mainstream nous la vendent), qui, malheureusement, divise le pays, non pas en deux, mais en quatre (les pro-Israël, les pro-Hamas, ceux qui prennent le parti de la paix, et ceux que cette guerre laisse indifférents), Emmanuel Macron avait-il une autre option que de faire l'autruche ?

Loin de moi l'idée, ni encore moins l'envie, de me faire l'avocat du diable, toutefois, je me dois de relever des points qui plaident en sa faveur.

Le sujet de sa participation ou non à cette marche a fait l'objet d'un flot de commentaires, d'avis, d'opinions politiques, journalistiques, aux échos assourdissants, éminemment malsains, car totalement contraires au but revendiqué par l'organisateur de l'événement, à savoir une forme d'union politique à défaut d'unité nationale. Même outre-Atlantique, ces polémiques de cour d’école ont entrainé des questions...

Or, entre ceux qui n'ont pas voulu défiler certains, et ceux qui ont dû défiler en queue de cortège ou ailleurs, on ne peut même pas parler d’union ! Les dirigeants et membres LFI ou le RN devraient pourtant avoir le droit de défiler où ils le veulent, à l’avant d’un cortège ou à sa queue, et même en marge. Une fois la manifestation déclarée, tout citoyen, qu'il soit Français ou non, peut prendre part à un cortège ou l'accompagner comme il l'entend, dès lors qu'il n'en trouble pas le bon déroulement, ou qu'il ne trouble pas l'ordre public.

Notre Président a manqué une nouvelle fois de hauteur de vue. Et de clairvoyance, aussi, je pense. Et peut-être même de courage.

Si j'avais été son " homme de l’ombre", je lui aurais proposé unstratégie et un texte à la hauteur de ce que la Constitution exige de notre chef de l'État, se placer au-dessus des partis, et surtout, autant que faire se peut, au niveau de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen.

Voilà donc selon moi ce qu'Emmanuel Macron aurait dû dire s'il avait eu très envie d'emmerder non les non-vaccinés, mais ceux, plus nombreux chaque jour depuis quelques semaines, qui pensent que la machine Macron est totalement grippée.

"Mes chers compatriotes,

Je me présente devant vous en tant que Président de tous les Français, chef de l'État et à ce titre garant du respect de la Constitution, des droits fondamentaux et de l'effectivité de la devise de la République : Liberté-Egalité-Fraternité.

La guerre au Moyen-Orient, ce conflit complexe qui s'envenime, hélas, et donne lieu à diverses interprétationquant aux responsabilités des parties au litige, ce conflit s'est invité en France.

Dans un élan de soutien aux citoyens israéliens, hommes, femmes et enfants israéliens qui ont été victimes de l’attaque du 7 octobre 2023, une manifestation déclarée sous le nom de “Marche contre l'antisémitisme” a été organisée par un collectif comprenant de personnalités publiques et partis politiques réunis dans une volonté d'indivisibilité qui façonne la République.

Louable initiative car l’attaque terroriste du Hamas, nous devons la condamner, au même titre que nous avons condamné toutes les attaques de cette nature que nous avons subies sur notre territoire, dans une proportion nettement moindre dans la gravité. C’est là l'occasion pour nous tous de nous recueillir, de rendre hommage aux victimes. Mais c'est également l'occasion de se poser les bonnes questions, et de mettre de côté les querelles habituelles.

Malheureusement, ces querelles politico-politiciennes ou d'ego, j'ai pu les observer chez beaucoup. Or, à ces chamailleries, je ne peux memêler. Au contraire. Je me dois de rappeler que tout n'est pas binaire, loin s'en faut.

En tant que Président de tous les Français, et par là garant des libertés, il m'est impossible de m'intégrer à une manifestation circonscrite à la lutte contre l'antisémitisme, et en même temps, il serait de mon devoir de participer à une manifestation en faveur des libertés, s'il s'en tient une, et notamment la liberté d'exercer son culte.

Chacun a le droit d'avoir une opinion, mais il est un devoir pour tous de respecter l'opinion des autres, quand bien même est-elle minoritaire. Et plus encore de respecter leur intégrité physique.

Quant à savoir qui doit faire en sorte que chacun puisse se sentir en sécurité, libre et respecté partout sur le territoire de la République, la réponse à cette question est simple : c'est moi.

Oui, c'est à moi, président de la République, chef de l'État et garant des libertés fondamentales, d'assurer que, dans un élan de fraternité qui s'impose plus que jamais dans la période de discorde que notre pays traverse actuellement, chacun puisse se sentir en sécurité, libre et respecté partout sur le territoire de la République.

C'est l'engagement solennel que je prends ici devant vous, mes chers compatriotes, quelle que soit votre confession, ceci avec ce slogan citoyen, auquel je vous demande de vous rattacher, et qu'évidemment je fais mien également :

'Juifs, chrétiens, musulmans, athées : tous unis sans faux-semblants pour la paix.'"

À LIRE AUSSI

Image
Kennedy Dossier contrat Pfizer
Ne jamais conclure sans posséder tous les éléments d’un dossier
EDITO - France-Soir vous l’a évoqué dans deux articles, L’assassinat de JFK est loin d’être un dossier clos.et Sur le vif :JFK : le mercredi 22 novembre 2023 marquait ...
24 novembre 2023 - 18:00
Opinions
Image
Edito Guerriau
Joël ne pense qu’à chat !
EDITO - Positif à toutes les drogues, négatif à tout, seulement consommateur d’ecsta ? Mais que se passe-t-il avec les analyses toxicologiques de Joël Guerriau ? Les ...
23 novembre 2023 - 17:48
Opinions
Image
Edito Israël Gaz Gaza
Conflit au Moyen-Orient ou guerre du gaz à Gaza  ?
EDITO - Qui peut valablement nier que le gisement de gaz gigantesque en Méditerranée, au large de la Palestine, est au centre de la guerre qui fait rage actuellement e...
21 novembre 2023 - 17:22
Opinions

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Castex
Jean Castex, espèce de “couteau suisse” déconfiné, dont l'accent a pu prêter à la bonhomie
PORTRAIT CRACHE - Longtemps dans l’ombre, à l’Elysée et à Matignon, Jean Castex est apparu comme tout droit venu de son Gers natal, à la façon d’un diable sorti de sa ...
13 avril 2024 - 15:36
Politique
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.