Loi Marché du travail et réforme des retraites : une réforme peut en cacher une autre. Entretien avec Me Alexandra Soulier

Auteur(s)
Lauriane Bernard, France-Soir
Publié le 01 mai 2023 - 10:00
Image
FS Alexandra Soulier
Crédits
DR
Maître Alexandra Soulier, pour France-Soir.
DR

DROIT DU TRAVAIL - Pendant que notre attention se focalise sur certains points de la réforme des retraites, de grands bouleversements se produisent en droit du travail français. Personne n’a remarqué que cette fameuse réforme, en plus de la loi "Marché du travail" votée en décembre 2022, limitait l’accès aux allocations chômage.  

Alexandra Soulier est avocate en droit du travail au barreau de Montpellier et nous explique les conséquences juridiques des réformes actuelles dans ce Débriefing.    

La présomption de démission qui prive un salarié de ses allocations chômage   

La loi “Marché du travail” fait entrer la présomption de démission dans le code du travail. Il peut arriver qu’un salarié ne se présente pas à son poste. De prime abord, on peut être tenté de tirer des conclusions hâtives : quelqu’un qui ne se rend pas à son travail souhaite le quitter. Et si c’était plus compliqué que ça ? Par exemple, les gens en burn-out ou ceux qui subissent du harcèlement souhaitent très certainement partir de leur emploi, mais méritent-ils d’être privés d’indemnités chômage pour autant ? En plus de se trouver dans une situation de détresse, ils ont cotisé comme les autres après tout. Et s’ils ont le droit au chômage, cela signifie qu’ils sont restés en poste un certain temps.   

Désormais, un salarié qui ne reprend pas le chemin du travail, après avoir été mis en demeure de justifier son absence dans un délai de 15 jours, peut être considéré comme démissionnaire. A charge pour lui de démontrer a posteriori, devant le Conseil des Prud’hommes, que son absence était légitime. Mais cela a pour conséquence que pendant tout le temps de la procédure, l’employé en question ne touchera pas d’allocations chômage. Or, le Sénat a mené l’enquête sur les délais de jugements des conseils de prud’hommes en 2018. La durée moyenne des affaires était déjà de 16,3 mois.  

Si dans certains cas un salarié a réellement l’intention d’abandonner son poste, il peut aussi avoir une bonne raison pour ne pas être présent. Par exemple, un salarié en arrêt maladie qui n’a pas averti de son renouvellement. Entre excuse injustifiée et excuse injustifiable, la jurisprudence sait faire la différence.  

Une excuse injustifiée peut bien souvent être régularisée. Et quand ce n’est pas possible, un licenciement peut, éventuellement, être envisagé. En revanche, l’abandon de poste pur et simple est une faute grave. Il met fin sur le champ au contrat de travail par licenciement, sans préavis. Mais peu importe que l’on soit dans l’un ou l’autre cas : la sanction reste actuellement le licenciement. Les pistes sont désormais brouillées avec la présomption de démission. 

En effet, un salarié démissionnaire ne perçoit pas d’allocations de retour à l’emploi. Maitre Soulier s’interroge donc « sur le bienfondé de ces nouvelles dispositions, si ce n’est pour créer un nouveau cas de sortie du salarié pour percevoir les allocations chômage ». Autrement dit, elle soupçonne que ces dispositions n’aient d’autre but que celui de faire faire économies en créant une circonstance supplémentaire où les cotisants n’auront pas le droit à leurs allocations. Une volonté qui concerne aussi ceux qui souhaiteraient obtenir une rupture conventionnelle auprès de leur employeur.  

La rupture conventionnelle devient hors de prix pour l’employeur   

Cette subtilité est étrangement dissimulée dans la loi sur la réforme des retraites. À partir du 1er septembre 2023, il va devenir plus compliqué pour un salarié d’obtenir une rupture conventionnelle. Peu d’employés le savent, mais l’employeur paye une taxe sur les indemnités de rupture conventionnelle. Or, Maitre Soulier nous explique que cette loi, critiquée pour repousser l’âge minimum légal de départ à la retraite, prévoit aussi de porter ce “forfait social” de 20% à 30% à la charge de l’employeur.  

Les patrons vont donc y réfléchir à deux fois avant de débourser une telle somme pour quitter un salarié en bon terme. La rupture conventionnelle reste en effet une sortie « d’un commun accord » du contrat de travail. En laissant le salarié partir avec « un chèque », elle peut éviter par exemple à un employeur « pas totalement dans les clous » de se retrouver aux prud’hommes. Le salarié l’accepte notamment parce que cela lui permet de percevoir le chômage rapidement. Quand ce mode de rupture est mis en place, c’est que chacun y trouve son compte. L'adage ne dit-il pas “un mauvais arrangement vaut mieux qu'un bon procès” ?  

Certes, cette nouvelle taxe va sans doute réduire le versement d’allocations, mais à quel prix ? 

 

À LIRE AUSSI

Image
Espionner les salariés en télétravail, une pratique peu répandue car encadrée par la loi, mais sur laquelle les syndicats sont en alerte
Un “droit de visite” au télétravailleur, une évolution prévisible mais polémique
Selon Fred Haffner pour le Journal du Télétravail, certains employeurs proposent de régulariser le fait de faire des visites de contrôle au domicile des employés en té...
06 décembre 2022 - 17:40
Société
Image
lunettes
Télétravail : votre employeur doit-il vous indemniser pour vos frais de chauffage ?
Que vous télétravailliez à temps partiel ou à temps plein, de gaité de cœur ou un peu contraint par votre employeur, vous devrez forcément chauffer un peu plus qu’à l’...
14 octobre 2022 - 15:40
Société > Emploi
Image
Etienne Chouard
Étienne Chouard : "Une bonne constitution devrait empêcher l’accaparement des médias par les plus riches"
DEBRIEFING - Retraites, monnaie, finance, indépendance des pouvoirs et de la presse : Étienne Chouard revient dans cet entretien sur les sujets et les enjeux prof...
17 avril 2023 - 16:30
Vidéos

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Portrait Soros
George Soros entre coups de bourse, coups de cœur et coups d'Etat
PORTRAIT CRACHE - George Soros : le super-héros des marchés qui jongle avec les chiffres et secoue le cocotier de Wall Street quand il “n’ouvre pas les sociétés” à la ...
16 février 2024 - 16:00
Portraits
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.