Finances publiques : Bercy serre encore la ceinture pour remonter la note française

Auteur(s)
France-Soir, avec AFP
Publié le 19 février 2024 - 21:00
Image
Bruno Le Maire à l'Élysée, le 4 Juillet 2022
Crédits
F. Froger / Z9, pour FranceSoir
Bruno Le Maire à l'Élysée, le 4 juillet 2022.
F. Froger / Z9, pour FranceSoir

Pour réduire au mieux le déficit public, le gouvernement a annoncé qu'il allait encore revoir à la baisse les dépenses prévues pour 2024. Budget du fonctionnement des ministères diminué, CPF raboté, enveloppe d'aide à la rénovation énergétique repliée... Au total, Bruno Le Maire vise dix milliards d'euros d'économies.

Avec un déficit public de plus de 5%, la France compte parmi les mauvais élèves européens. Pour 2023, le gouvernement visait les 4,9%, mais ce sera "probablement difficile de tenir" cet objectif, d'après ce que Bruno Le Maire expliquait à la presse ce lundi 19 février : "[...] nos recettes ont été beaucoup moins dynamiques que prévu en fin d'année". Pour 2024, le ministre table tout de même sur 4,4%, avec un objectif à plus long terme de moins de 3% en 2027. Sauf que tout ceci est compliqué par les crises géopolitiques mondiales.

"Ce contexte, il est incroyablement difficile et incroyablement menaçant", s'est-il plaint. "Si demain la situation devait encore s'aggraver en mer Rouge, bien sûr que ça aurait un impact sur la croissance. Si demain la situation s'aggrave en Ukraine, bien sûr que cela aurait un impact sur la croissance", a-t-il prévenu. Il va quand même falloir faire mieux si l'on veut remonter la note du pays.

Comme le rapporte l'AFP, le verdict de Fitch et Moody's est attendu le 26 avril, celui de S&P Global Ratings le 31 mai, juste avant les élections européennes. "Nous avons demandé à l’État de se serrer la ceinture. Et nous avons fait le choix de ne pas toucher au budget de la sécurité sociale ou de ne pas toucher au budget des collectivités locales", a déclaré Bruno Le Maire.

La moitié des économies, soit cinq milliards d'euros, devront être trouvées sur le budget de fonctionnement des ministères. Le ministre chargé des Comptes publics, Thomas Cazenave, a annoncé la mise en place d'une participation forfaitaire des salariés au compte personnel de formation (CPF), dont les détails seront présentés en avril. Il a aussi annoncé que MaPrimeRénov ne sera pas augmentée comme prévu (un milliard d'économies contre l'écologie), et que l'aide publique au développement sera revue à la baisse de 800 millions d'euros.

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Castex
Jean Castex, espèce de “couteau suisse” déconfiné, dont l'accent a pu prêter à la bonhomie
PORTRAIT CRACHE - Longtemps dans l’ombre, à l’Elysée et à Matignon, Jean Castex est apparu comme tout droit venu de son Gers natal, à la façon d’un diable sorti de sa ...
13 avril 2024 - 15:36
Politique
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.