L’épouse de Julian Assange juge les garanties des autorités américaines insuffisantes

Auteur(s)
S. Jouan
Publié le 18 avril 2024 - 12:01
Image
Assange
Crédits
AFP
Des manifestants tiennent des pancartes alors qu'ils protestent à l'extérieur des Royal Courts of Justice, la Haute Cour de Grande-Bretagne, dans le centre de Londres le 20 février 2024, alors que la haute cour entend l'ultime appel de Julian Assange, fo
AFP

Le journaliste australien Julian Assange cherche à éviter l’application de son extradition vers les États-Unis en réclamant une dernière audience en appel au Royaume-Uni. Tandis qu’il est accusé de contrevenir à l’Espionnage Act, les garanties américaines quant au bon déroulé de son extradition ne permettent pas à sa famille d’envisager cela avec sérénité, ces derniers notifiant leur “extrême désarroi”.  

Après la diffusion en 2010 de centaines de milliers de documents confidentiels américains relatifs aux activités militaires des États-Unis, le lanceur d’alerte australien Julian Assange est poursuivi par la justice américaine. Par le biais de WikiLeaks, son site internet, celui-ci relaie les informations essentiellement relatives à la guerre en Irak. Des publications faites avec la collaboration de nombreux médias, dont le Monde, ne l’oublions pas. 

Afin d’échapper aux sévices du texte de l’Espionnage Act américain, l’australien se repli au Royaume-Uni. Cependant, une demande d’extradition est faite par les États-Unis afin que celui-ci soit jugé selon la loi du pays.  

La Haute Cour de Londres a accordé le 26 mars dernier trois semaines aux autorités américaines pour apporter les preuves nécessaires qu’un traitement juste serait accordé à Julian Assange en cas d’extradition.  

Les risques sont nombreux, le plus évident étant la peine de mort pour la propagation de textes confidentiels sur l’armée américaine. Une peine de prison pouvant atteindre 165 ans est aussi envisagée. Alors, il lui serait impossible de faire valoir le premier amendement, soit celui concernant la liberté d’expression.  

Le mardi 16 avril était la date limite fixée par la justice britannique pour les Américains. L’examen des garanties cours jusqu’au 20 mai, date à laquelle les juges britanniques décideront l’accord possible ou non d’un nouveau recours en appel pour Julian Assange.  

Les garanties communiquées n’ont pu faire l’objet d’une communication médiatique et restent donc tues. Cependant, la femme de Julian Assange, Stella Assange, affirme que les autorités américaines ont en réalité fourni une « non-garantie » sur l’usage du premier amendement pour le lanceur d’alerte.  

En ce qui concerne la peine de mort, les américains se prévalent d’une « garantie standard » à ce propos. Des engagements volontairement vagues, que Stella Assange, comme l’avocat français de Julian Assange, Antoine Vey, estiment insuffisants. Ce dernier explique au Monde que « il n’y a aucune garantie apportée pour protéger son statut de journaliste et la couverture dont il pourrait bénéficier aux Etats-Unis au titre du premier amendement »

Une situation pleine de rebondissements où les autorités louvoient avec les garanties qui peuvent être accordées à Assange. En effet, le président des Etats-Unis, Joe Biden, assurait pourtant ce mercredi 17 avril dans une interview que Washington examinait une requête australienne plaidant pour faire table rase des charges pesant sur son citoyen. 

À LIRE AUSSI

Image
Free Assange
Interdiction de manifester pour les soutiens à Julian Assange le jour anniversaire des 5 ans de l’arrestation du journaliste
REPORTAGE – Ce jeudi 11 avril 2024, il y a cinq ans, jour pour jour le journaliste et fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, était arrêté par les autorités britanniqu...
11 avril 2024 - 19:00
Vidéos
Image
Stella Assange
Trois semaines de répit pour Assange
Trois semaines de répit pour Julian Assange, ou supplice de Tantale, pour celui qui aura informé le monde. La Haute Cour de justice a repoussé le mardi 26 mars à Londr...
27 mars 2024 - 09:00
Politique
Image
Gül Ilbay
Un nouveau procès Assange commence ce mardi, des manifestations de soutien organisées partout en France. Entretien avec Gül Ilbay.
ENTRETIEN – Ce mardi 20 février 2024, un nouveau procès du journaliste australien, Julian Assange. C'est l'un des derniers recours pour le fondateur de WikiLeaks. La H...
20 février 2024 - 12:46
Vidéos

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Obama
Barack Obama, un continuum Soros/WEF teinté d’un paradoxe Kissinger/Nobel
PORTRAIT CRACHE - Barack Obama est ce personnage contradictoire, ambiguë, voire bicéphale, prêcheur de justice sociale financé par des Soros, Buffet et Goldman Sachs, ...
25 mai 2024 - 12:00
Politique
26/05 à 11:11
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.