La guerre des mots entre viandes et végétaux

Auteur(s)
France-Soir
Publié le 05 mars 2024 - 19:10
Image
Boulettes végétales
Crédits
Unsplash - DR
Unsplash - DR

Mardi 27 février, le gouvernement français a publié un décret restreignant la désignation sous laquelle les produits d’origine végétale peuvent être commercialisés. Exit les « steaks », les « jambons » ou les « filets » végétaux, il va falloir trouver d’autres mots.

Inutile de se mentir, beaucoup de végétariens en herbe transitent en appréciant la ressemblance entre un steak végétal et le steak haché du boucher, fut-elle purement psychologique. Présentée plus saine et écologique que la consommation de viande, la nourriture en simili-viande n’aurait pas le vent en poupe à ce point si elle n’était pas en « simili », justement.

Les termes ont un pouvoir non négligeable sur les consommateurs, mais le gouvernement français a décidé qu’ils portaient trop à confusion. Vingt et un termes sont désormais interdits pour des produits sans viande, dont « steak », « jambon » ou encore « filet ».

Déjà, certaines marques contournent le problème. « Accro », par exemple, a récemment fait la promotion de ses « boulaites » et ses « stèques » sur Instagram : « Même plaisir, nouvelle orthographe », écrivent-ils.

Pour le moment, ce n’est valable que pour les produits fabriqués en France, mais de nombreux pays dans le monde s’interrogent sur la question du vocabulaire végétal. Courrier International rapporte les termes de la journaliste américaine Kow Eve à ce sujet : « La guerre des mots est loin d’être finie […] Elle ne concerne pas seulement la France, ni la viande. Dans toute l’Union européenne, des mots tels que ‘lait’, ‘beurre’ ou ‘yaourt’ ne peuvent plus être utilisés pour désigner des substituts de produits laitiers, même s’ils portent la mention ‘végétale’ ou ‘vegan’. » Même son de cloche dans certains États d’Amérique.

D’un autre côté, le Japon a choisi de faire l’inverse. Dans le but de soutenir l’industrie végétale, Tokyo a autorisé l’utilisation des qualificatifs “viande”, “œuf” ou “lait”, mais à condition de signaler au consommateur que le produit en question est bien différent d’un produit à base de matière animale.

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Obama
Barack Obama, un continuum Soros/WEF teinté d’un paradoxe Kissinger/Nobel
PORTRAIT CRACHE - Barack Obama est ce personnage contradictoire, ambiguë, voire bicéphale, prêcheur de justice sociale financé par des Soros, Buffet et Goldman Sachs, ...
25 mai 2024 - 12:00
Politique
26/05 à 11:11
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.