L’Ademe dénonce l’utilisation abusive du concept de "neutralité carbone”

Auteur(s)
FranceSoir
Publié le 25 février 2022 - 10:55
Image
co2
Crédits
Unsplash
Quand on fait croire au consommateur que la marque est neutre en carbone, on affirme qu’elle ne fait pas partie du problème, et le public est incité à continuer à consommer.
Unsplash

Ikea, Apple, Carrefour… de nombreuses entreprises et marques disent être engagées pour atteindre la “neutralité carbone”. Mais derrière ces termes peuvent se cacher des stratégies de "greenwashing" qui ne visent qu’à se démarquer de la concurrence, et qui génèrent de la confusion, ainsi qu'une absence de consensus autour de ces termes. Pour clarifier le sujet, l’Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe) a publié le 17 février un document de recommandations qui dénonce l’utilisation abusive de la “neutralité carbone”, pour éviter de se laisser duper par la communication.

Le terme “neutralité” est source de confusion

L’utilisation abusive du terme “neutralité” induit le public en erreur par définition, car il repose sur le concept de “remise à zéro” alors qu’il recouvre des réalités différentes. Dans le langage courant, quand on parle de "neutralité", on pense à l’attitude « d’une personne ou d’une organisation qui s'abstiennent de prendre parti dans un débat, une discussion ou un conflit ». Appliqué au domaine de la lutte contre le changement climatique, ce terme laisse penser que le territoire, l’entreprise, le produit ou le service ne contribue pas au problème. Le consommateur comprendra donc que la marque s’abstient de contribuer aux émissions de CO₂, alors que cela n’est pas vrai, puisque le terme est utilisé en général uniquement dans le cadre d’une réduction de l’empreinte carbone, et non d’une disparition totale de l’empreinte carbone, qui est impossible. La qualification « 100 % neutre en carbone » est donc un exemple de communication trompeuse, car cela voudrait dire « zéro gaz à effet de serre ». Au contraire, selon l’Ademe, les entreprises devraient donner un pourcentage précis des efforts de réduction des émissions carbone, par exemple : « Telle entreprise a réduit son empreinte carbone de X % en l’espace de trois ans ». Les informations comme : « Territoire neutre en carbone », « marque certifiée neutre en carbone », « gamme climatiquement neutre », « service zéro carbone », « neutralité carbone à vie », « produit zéro carbone », « événement neutre en CO₂ », sont des arguments imprécis qui trompent le public, explique l’Ademe.

Le terme de “compensation carbone” est aussi problématique

La “compensation carbone” est également une expression fréquente, pour désigner les efforts environnementaux d’une marque, entreprise ou collectivité. Elle est aussi très imprécise, car elle désigne plusieurs réalités difficiles à simplifier. En français, le verbe « compenser » signifie « équilibrer un effet par un autre, neutraliser un inconvénient, un préjudice par un avantage ». Si l’on applique ce terme à l’environnement, cela peut faire croire que la marque en question réussit à annuler complètement l’impact de ses émissions d’annuler les émissions, et à rétablir l’équilibre dans la nature, malgré son impact initial négatif. Selon ce concept, les émissions seraient automatiquement contrebalancées par des projets de compensation. On peut donc consommer sans remords.

Des marques “neutres” encouragent la surconsommation

Quand on fait croire au consommateur que la marque est neutre en carbone, on affirme qu’elle ne fait pas partie du problème, et le public est incité à continuer à consommer, « voire à multiplier les achats en ligne et les livraisons associées, sans se préoccuper des impacts ni réfléchir à d’autres options possibles » alerte l’Ademe. Le consommateur devrait au contraire toujours se demander si le produit répond à un besoin réel. Est-il envisageable de ne pas acheter immédiatement et d’attendre de pouvoir grouper les achats afin de limiter le nombre de livraisons ? Mieux qu’utiliser ces arguments, l’Ademe recommande de communiquer de « façon transparente, proportionnée et distincte » sur les différents leviers de contribution à la neutralité carbone collective, en particulier la réduction massive de leur empreinte carbone et le financement de projets de compensation.

À LIRE AUSSI

Image
Action écologie
"Action écologie", pour une écologie "authentique, non-politisée et non-catastrophiste"
"Action écologie", une nouvelle association indépendante qui veut promouvoir une écologie responsable, notamment en combattant... des écologistes. Fondée fin 2020 par ...
26 octobre 2021 - 16:48
Société
Image
Masque
Une entreprise française recycle plus de 25 millions de masques en créant des objets
Pour éviter la pollution et tenter de faire quelque chose d’utile des tonnes de déchets générées par les masques usagés, une entreprise française propose de les recycl...
24 février 2022 - 19:55
Société
Image
De la viande dans une assiette.
Combiner le dioxyde de carbone avec des microbes pour créer de la nourriture
Et si votre prochain steak était confectionné à partir de dioxyde de carbone ? C’est ce que propose la start-up Air Protein : elle transforme le dioxyde de carbone à l...
24 février 2022 - 11:12
Société

Dessin de la semaine

Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de FranceSoir est confirmée.

La newsletter FranceSoir

En vous inscrivant, vous autorisez FranceSoir à vous contacter par e-mail.