En pensée avec Philippe de Gaulle ...

Auteur(s)
Alain Tranchant pour France-Soir
Publié le 14 mars 2024 - 10:32
Image
Philippe de Gaulle
Crédits
Derrick Ceyrac / AFP
L'amiral Philippe de Gaulle, fils ainé du Général
Derrick Ceyrac / AFP

TRIBUNE - Nous sommes le mardi 12 mars 2024. Il est environ 16 heures 30. Je suis debout derrière mon bureau, chargé, je devrais plutôt dire surchargé - je n'ai jamais pu faire autrement ! - de papiers, d'articles de presse, d'objets divers.

Sur ma gauche, un papier rédigé de ma main, sur lequel j'ai consigné des extraits de la lettre que l'amiral de Gaulle m'avait adressée le 11 octobre 1973, alors que le débat politique français tournait autour du projet de Georges Pompidou, président de la République, tendant à réduire de sept à cinq ans la durée du mandat présidentiel.

Je relis les passages essentiels que j'ai pris soin de souligner :

- "cette réduction changerait la nature même de la fonction" ;

- elle "amènerait à plus ou moins long terme à la quasi-coïncidence des mandats présidentiels et parlementaires, c'est-à-dire au "régime présidentiel" avec pour corollaire la disparition de jure et de facto des clauses de dissolution de l'Assemblée nationale".

Philippe de Gaulle concluait : "Je ne suis pas toujours sûr de ce que le Général de Gaulle ferait dans telles ou telles circonstances, mais on peut être certain qu'il y a des choses qu'il n'aurait pas faites ... telle la réduction à 5 ans du mandat du président de la République".

A l'évidence, le fils du général de Gaulle avait vu juste, et le quinquennat comme l'abandon du référendum ont totalement modifié les institutions adoptées par le peuple français à l'appel du général de Gaulle.

Au matin du mercredi 13 mars, alors que j'ouvre la radio, j'apprends la disparition de Philippe de Gaulle, à l'âge de 102 ans, lui qui confiait il y a quelques années combien il aurait aimé donner une partie de sa longévité à son père, afin qu'il puisse aller au bout de ses Mémoires d'espoir.

Après sa belle carrière dans l'armée française, Philippe de Gaulle était devenu sénateur de Paris. Alors sénateur-maire de Nantes, Michel Chauty, dont j'étais le directeur de Cabinet, m'avait dit grand bien de son collègue, soulignant notamment sa très grande gentillesse.

Cette gentillesse qui l'avait conduit à répondre, à la main, à mon courrier.

 

Alain Tranchant est ancien délégué départemental de mouvements gaullistes en Vendée et Loire-Atlantique et président-fondateur de l’Association pour un référendum sur la loi électorale. 

À LIRE AUSSI

Image
Philippe de Gaulle
L'amiral Philippe de Gaulle, fils ainé du général, est décédé à l'âge de 102 ans
Philippe de Gaulle, fils aîné du général de Gaulle, tant figure militaire que politique, est décédé à 102 ans. Engagé dès 1940, il fut amiral et sénateur, consacrant s...
13 mars 2024 - 16:30
Politique
Image
arc triomphe
HISTOIRE - Octobre 1973 : Philippe de Gaulle, le quinquennat et Georges Pompidou
tribune : En cette "année De Gaulle", alors que les auteurs de différents projets semblent méconnaître qu'il ne faut toucher que d'une main tremblante à nos institutio...
23 octobre 2020 - 13:27
Opinions
Image
De Gaulle
Histoire de paléo-gaullistes...
L'AVIS TRANCHANT D'ALAIN - Mercredi 4 octobre au soir, je suis devant mon écran de télévision, sur ce canal si contesté qui a pour nom CNews. Il est 19 heures et quelq...
06 octobre 2023 - 12:55
Opinions

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Obama
Barack Obama, un continuum Soros/WEF teinté d’un paradoxe Kissinger/Nobel
PORTRAIT CRACHE - Barack Obama est ce personnage contradictoire, ambiguë, voire bicéphale, prêcheur de justice sociale financé par des Soros, Buffet et Goldman Sachs, ...
25 mai 2024 - 12:00
Politique
26/05 à 11:11
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.