Prix d'Amérique: Victoire de Davidson du Pont et du jeune Nicolas Bazire

Auteur:
 
Par Isabelle TOUSSAINT - Paris (AFP)
Publié le 30 janvier 2022 - 19:42
Cet article provient directement de l'AFP (Agence France Presse)
Image
Le trotter "Davidson du Pont", drivé par Nicolas Bazire (au premier plan), coiffe sur le poteau "Galius", piloté par Yoann Lebourgeois, et remporte la 101 édition du Grand prix d'Amérique à Paris-Vinc
Crédits
© JULIEN DE ROSA / AFP
Le trotter "Davidson du Pont", drivé par Nicolas Bazire (au premier plan), coiffe sur le poteau "Galius", piloté par Yoann Lebourgeois, et remporte la 101 édition du Grand prix d'A
© JULIEN DE ROSA / AFP

Le trotteur français Davidson du Pont âgé de 9 ans drivé par le jeune Nicolas Bazire, 21 ans, a remporté à la lutte la 101e édition du Prix d'Amérique à Paris-Vincennes, devenant le nouveau champion du monde du trot attelé.

Le prix d'Amérique, c'est toujours la guerre! Et la bataille a bien eu lieu entre Galius piloté par Yoann Lebourgeois et Davidson du Pont.

Davidson du Pont, deuxième des deux derniers Prix d'Amérique, a cette fois transformé son quatrième essai sur le parcours classique de 2.700 mètres. Il a constamment trotté dans le groupe de tête avant de venir attaquer Galius dans la ligne droite finale pour le coiffer sur le poteau.

"Je ne réalise pas. Je ne savais pas si c'était fait. Il le méritait. C'est un cheval incroyable vu ce qu'il a fait depuis le début", a déclaré Nicolas Bazire qui, à 21 ans, remporte son premier Prix d'Amérique pour son premier essai en tant que pilote et entraîneur.

"C'est magique! Je suis content surtout pour les grands-parents (les propriétaires de Davidson du Pont, ndlr). Davidson du Pont a montré que c'est un crack, il n'y a pas d'autre mot. C'est le cheval de ma vie!" a ajouté le fils de Jean-Michel Bazire, l'homme aux 20 Sulkys d'Or.

Grâce à sa victoire, Davidson du Pont, 9 ans, à la robe baie (marron), a rapporté à l'écurie Albert Rayon, ses propriétaires, les 450.000 euros promis au vainqueur sur le million d'euros de primes diverses versées aux sept premiers.

Arrivé deuxième, le grand alezan Galius, 6 ans, qui courait cette fois avec des chevaux plus âgés, a effectué une excellente performance en s’octroyant la 2e place après avoir supporté le poids de la course.

"Quand j'ai vu qu'Etonnant n'avançait plus, je suis sorti. Je ne sais pas si j'ai bien fait ou mal fait... J'aurai préféré être battu de 2 longueurs. J'aurai moins de regrets!", a dit Yoann Lebourgeois.

- Défaite du favori Etonnant -

Séverine Raimond qui entraîne Galius dans le Calvados, "aurait signé elle avant le coup pour une 2e place" mais "c'est un peu rageant d'être battue d'une tête ou d'une demi tête... Mais on est ravis", a-t-elle dit.

"Galius a fait une super course. Le cheval est tout neuf, il sera meilleur l'année prochaine", a ajouté la seule femme entraîneur au départ de cette course mythique, convoitée par tous les professionnels.

La jument Flamme de Goutier, 7 ans, sacrée championne du monde du trot monté il y a huit jours, a cette fois encore placé sa pointe de vitesse acérée pour finir 3e.

"Elle a fait une super performance car elle fini 3e après avoir gagné le Prix du Cornulier la semaine dernière. J'ai bien démarré, j'ai voyagé derrière Hohneck, on a pu courir caché +dans la roue d'un concurrent+ jusqu'à la ligne droite, et elle a sprinté pour prendre la 3e place", a déclaré Théo Duvaldestin, 23 ans.

Avec force drapeaux américains, casquettes au nom des champions trotteurs, et des banderoles accrochées aux tribunes, les 5.000 privilégiés ont donné de la voix au moment du rush final qui a souri à Davidson du Pont.

On retiendra de cette édition la défaite du favori Etonnant, le "bulldozer" de Richard Westerink piloté par Anthony Barrier. Il a fini 8e, laissant ses supporters sur leur faim, eux qui avaient accroché une banderole dans les tribunes "Le plus Etonnant, c'est Richard".

"Je l'ai préservé un peu au début. Quand Galius est sorti à 800 mètres du but je lui ai dit: +Allez!+ Et je n'ai pas eu la même injection que d'habitude. Je pensais être 3e dans la ligne droite mais à 200 mètres il a plafonné", a expliqué Anthony Barrier. "On n'a pas vu le vrai Etonnant", a-t-il ajouté en espérant qu'"il soit meilleur dans le Prix de France", dans deux semaines, une course considérée comme la revanche du Prix d'Amérique.

Dessin de la semaine

Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de FranceSoir est confirmée.

La newsletter FranceSoir

En vous inscrivant, vous autorisez FranceSoir à vous contacter par e-mail.