Les accidents mortels sur les pistes de ski, rarissimes mais difficiles à prévenir

Auteur:
 
Par Benoit PAVAN, avec Sylvain THIZY à La Rosière - Grenoble (AFP)
Publié le 20 janvier 2022 - 19:15
Cet article provient directement de l'AFP (Agence France Presse)
Image
Un skieur est décédé dimanche sur une piste de la station des Orres (Hautes-Alpes) après une violente collision avec un autre usager
Crédits
© PHILIPPE DESMAZES / AFP/Archives
Les collisions sur piste sont des drames peu fréquents mais qui interpellent les acteurs de la montagne, privés de nouveaux leviers pour prévenir les comportements dangereux
© PHILIPPE DESMAZES / AFP/Archives

Une fillette britannique, puis l'acteur Gaspard Ulliel viennent de périr dans des collisions sur piste: des drames peu fréquents mais qui interpellent les acteurs de la montagne, privés de nouveaux leviers pour prévenir certains comportements dangereux.

"Deux morts en moins d'une semaine, c'est très dur", estime Laurent Reynaud, le délégué général de Domaines Skiables de France (DSF), qui rappelle que l'accidentologie moyenne sur les pistes de ski est chaque année "inférieure à dix morts" pour dix millions de pratiquants.

Cette saison, DSF a impulsé dans les stations françaises "Vas-y mollo", une grande campagne de sensibilisation invitant à la prudence les férus de glisse, impatients à l'idée de retrouver les pistes après un an de privations pour cause de Covid-19.

"La sécurité sur les domaines résulte de notre travail de sécurisation des pistes, mais aussi du comportement du skieur. Le ski est un sport d'évolution libre et nous sommes les premiers responsables de notre sécurité et de celle des autres", souligne Laurent Reynaud.

"Aujourd’hui, la tendance est d’avoir des pistes bien préparées qui donnent parfois l’impression de bien maîtriser son ski, mais ce n’est pas toujours le cas. Il faut que le skieur ait conscience de son niveau", abonde Claude Jay, président de la Fédération nationale de la sécurité et des secours sur les domaines skiables (FNSSDS).

"Le matériel a bien évolué et c'est plus facile de skier plus vite. On est au mois de janvier avec un petit peu moins de monde et de la bonne neige et du bon matériel. Parfois, les gens se laissent un peu aller. Souvent, ils regardent un petit peu trop juste devant leurs skis", confirme Sébastien Gaidet, directeur technique de l'ESF à La Rosière (Savoie), où est décédé Gaspard Ulliel mardi.

Dans les Écoles du ski français (ESF), où transitent chaque année trois millions d'élèves, consigne a également été donnée aux moniteurs de promouvoir une pratique "plus douce", explique Jean-Marc Simon, son directeur. "Mais nous faisons face à un public conséquent et divers dans sa façon de pratiquer ce loisir".

Depuis dix ans, les stations forment également leurs pisteurs-secouristes à interpeller les clients qui n'auraient pas un comportement approprié sur le domaine.

- Prévention ou sanctions ? -

Si certains professionnels estiment que des "voies d'amélioration" sont encore possibles en matière de signalétique, de balisage et de panneaux de prévention, d'autres soulignent que les domaines skiables en sont déjà suffisamment garnis.

"On ne peut pas aller beaucoup plus loin, sauf à gagner encore du terrain sur les domaines", tranche Bernard-Pascal Mousselard, président de l'Association nationale des directeurs de pistes et de la sécurité de stations de sports d'hiver (ADSP).

Si le décès d'une fillette de cinq ans samedi à Flaine (Haute-Savoie) est dû à la vitesse excessive du skieur qui l'a percutée, celui de Gaspard Ulliel mardi ne semble pas avoir été causé par un comportement imprudent. Toutefois, celui-ci ne portait pas de casque au moment de la collision.

Sujet à débats, l'obligation de porter un casque ne constitue pas, pour nombre d'acteurs, la solution ultime.

Pour Jean-Marc Simon, la pratique du ski doit au contraire rester en dehors des dispositions réglementaires. "Il faut avant tout responsabiliser les gens", martèle-t-il.

"Le casque est rentré dans la tenue du skieur. C'est un effet de mode bénéfique à la sécurité", juge au contraire Bernard-Pascal Mousselard.

"Mais il n'empêchera pas les mauvais comportements et un effet pervers: avec une protection on se sent indestructible. On devient alors un danger pour soi et pour les autres", fait-il valoir.

"Le casque est obligatoire en Italie, jusqu'à 18 ans. Je souhaiterais que ça devienne obligatoire jusqu'à 18 ans", plaide Sébastien Gaidet, de l'ESF La Rosière.

Quant à la mise en place de sanctions à l'encontre du skieur contrevenant, comme le retrait du forfait aux États-Unis, elle n'est pas encore à l'ordre du jour en France.

"En matière de sanctions, nous sommes démunis", regrette Laurent Reynaud.

Dessin de la semaine

Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de FranceSoir est confirmée.

La newsletter FranceSoir

En vous inscrivant, vous autorisez FranceSoir à vous contacter par e-mail.