Carnaval de Nice: que la fête (re)commence !

Auteur:
 
Par Eric BERNAUDEAU - Nice (AFP)
Publié le 09 février 2022 - 16:11
Mis à jour le 10 février 2022 - 17:20
Cet article provient directement de l'AFP (Agence France Presse)
Image
Assemblage d'une figure géante représentant le personnage de "Ratatouille" pour le prochain Carnaval de Nice, le 7 février 2022
Crédits
© Valery HACHE / AFP/Archives
Assemblage d'une figure géante représentant le personnage de "Ratatouille" pour le prochain Carnaval de Nice, le 7 février 2022
© Valery HACHE / AFP/Archives

Annulé l'an passé face à l'épidémie de Covid, le carnaval de Nice, l'un des trois plus grands au monde, s'ouvrira vendredi sur le thème du "Roi des animaux", au grand soulagement des Niçois et des professionnels du tourisme.

"C'est un immense plaisir et un soulagement": à 78 ans, Jean-Pierre Povigna est le chef de l'une des quatre familles niçoises de "carnavaliers" à qui revient le privilège de construire les chars.

Honneur suprême, avec ses deux fils Joseph et Pierre, ses belles-filles et ses petits-fils, il achève la construction des deux chars les plus en vue, ceux du roi et de la reine du festival, respectivement l'aigle niçois rouge et la +Ratapignata+, une chauve-souris, animal moins connu mais très important dans l'iconographie régionale.

Les deux chars participeront vendredi à partir de 18h30 à la cérémonie d'ouverture du carnaval, devant les tribunes installées place Masséna, au coeur de la ville.

Puis, au-delà de la grande parade, qui réunira une vingtaine de chars samedi, cet événement sera l'occasion, jusqu'au 27 février, de batailles de fleurs, d'une parade "nissarde", avec des chars imaginés et réalisés par des associations de la ville, et bien sûr de l'élection du Roi et de la Reine du carnaval.

Ce rendez-vous festif, dont la première édition remonte à 1873, est l'un des trois plus importants au monde avec ceux de Rio de Janeiro et de Venise et l'un des rares carnavals à se tenir cette année.

Mais condition impérative pour les spectateurs: présenter un pass vaccinal.

Au Brésil, les défilés du carnaval de Rio et de Sao Paulo, prévus fin février, ont été reportés à avril en raison de la nouvelle vague d'infections de Covid-19.

Dans les deux villes le carnaval de rue a lui été tout bonnement annulé.

A Venise, le coup d'envoi du carnaval a été donné lundi, mais en version Covid, en grande partie virtuel et sans la foule habituelle de touristes.

En France, la ville de Dunkerque (Nord) a annoncé lundi l'annulation pour la deuxième année consécutive de son célèbre carnaval de rue.

- 160.000 spectateurs en 2020 -

"Le Carnaval est un moment important pour la vie de notre cité. J’ai tenu à perpétuer cette tradition afin de soutenir les carnavaliers, commerçants, restaurateurs et hôteliers qui ont connu deux années particulièrement difficiles", a expliqué mercredi à l'AFP le maire (ex-LR) de Nice Christian Estrosi.

En accord avec les annonces gouvernementales sur la levée progressive des restrictions sanitaires, "nous pouvons espérer accueillir près de 85.000 spectateurs", a-t-il ajouté, précisant que les hôtels affichent "presque tous un taux de remplissage proche des éditions précédentes".

Pour l'édile niçois, "cela représentera, à n’en pas douter, des retombées économiques essentielles pour l'économie locale dans une situation qui reste difficile pour les secteurs du commerce, de l'hôtellerie et de la restauration notamment".

Le carnaval représente de fait une véritable bouffée d'oxygène pour l'économie locale, avec ses 1.400 emplois directs et ses 30 millions d'euros de retombées économiques en année normale.

En 2020, ils étaient 160.000 spectateurs et plus de 200.000 en 2019.

Avant l'édition 2021 annulée en raison de la pandémie de Covid-19, la dernière annulation du carnaval de Nice remontait à 1991 et la guerre du Golfe.

Outre les batailles de fleurs et les célèbres grosses têtes, dont celles, élection présidentielle oblige, des candidats Eric Zemmour, Valérie Pécresse ou Marine Le Pen, l'édition 2022 accueille pour la première fois un carnaval étranger avec la troupe belge des "Gilles de la Louvière", avec leurs immenses chapeaux, leurs costumes colorés et leurs sabots.

Et puisque le carnaval met à l'honneur les animaux, une chaîne hôtelière de prestige niçoise va jusqu'à mettre en place un accueil "entièrement dédié aux toutous", avec de petites attentions particulières à leur égard.

Dessin de la semaine

Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de FranceSoir est confirmée.

La newsletter FranceSoir

En vous inscrivant, vous autorisez FranceSoir à vous contacter par e-mail.