La folie des ramen à Paris

Auteur:
 
Olga NEDBAEVA - Paris
Publié le 02 avril 2023 - 18:59
Mis à jour le 03 avril 2023 - 10:32
Cet article provient directement de l'AFP (Agence France Presse)
Image
Crédits
AFP - Christophe ARCHAMBAULT
Des clients au restaurant de ramen Kodawari Tsukiji, le 31 mars 2023 à Paris.
AFP - Christophe ARCHAMBAULT

À Paris, de longues files d'attente se forment devant les établissements qui servent le ramen, la fameuse soupe aux nouilles japonaises, pour le plus grand bonheur de tous les clients étudiants, cadres ou touristes.

Les restaurants proposant ce plat, copieux, réconfortant et pas cher, suscitent un engouement comparable aux "bouillons", ces bistrots typiquement parisiens bon marché, qui servent une cuisine simple à base de produits frais.

Près des Grands Boulevards, iSSHIN Ramen, où se regroupent chaque soir de nombreux jeunes, a ouvert à la place d'un établissement spécialisé dans le burger, un temps à la mode, puis déserté.

Non loin, près du Louvre, Kodawari Tsukiji a mis en place un système de QR code: on le scanne pour réserver une place puis on peut aller se promener en attendant qu'elle se libère, parfois l'attente le week-end dure une heure et demie.

"Attendre pour manger, cela fait partie de la culture japonaise. Les Français ont commencé à trouver intéressantes les files d'attente qu'ils ne supportaient pas avant", s'amuse auprès de l'AFP la Japonaise Reiko Mori, qui vit à Paris depuis 20 ans et est en charge d'une agence de communication dans la gastronomie.

"Il y a un côté très addictif. Il y a toute une culture que les gens découvrent et, grâce à internet, le ramen se propage partout dans le monde", explique Jean-Baptiste Meusnier, ancien pilote de chasse et fondateur de Kodawari, où l'on mange au milieu des bacs de poissons.

150 ingrédients

Le Français Sedrik Allani a ouvert Neko Ramen en 2020, après s'être formé au Japon: "Je voulais un restaurant japonais bon et pas cher comme on en trouve à Tokyo", raconte-t-il.

Malgré la simplicité apparente du ramen, c'est un plat complexe qui invite à "beaucoup de créativité".

"J'ai trois ramen qui sont vraiment différents les uns des autres. Il y a 150 ingrédients dans un ramen qui coûte 9,50 euros", assure-t-il.

Le "secret", c'est le "tare", l'assaisonnement qu'on met au fond de l'assiette avant d'y verser le bouillon et d'ajouter les nouilles, les "toppings" (oeufs, poulet mariné...) et l'huile aromatisée (aux légumes, crevettes, sésame noir, ail brûlé...).

Dans les versions basiques, il s'agit de sauce soja, et d'un mélange d'ingrédients qui macèrent longtemps pour obtenir un goût plus sophistiqué. Sedrik Allani met un mois pour le préparer. Au Japon, il y a des "tare" millésimés, tandis que certains chefs spécialisés dans les ramen sont des stars qui font la couverture des magazines et à qui on demande des autographes dans la rue, s'émerveille-t-il.

"C'est une manière 'fast-foodienne' de s'alimenter sainement", résume pour l'AFP le chef étoilé français Guy Savoy. Lui-même dit alterner repas gastronomiques et ramen quand il voyage. Ses quatre Supu Ramen ouverts à Paris avant le Covid ont tous fermé. "J'ai eu trop d'avance", estime-t-il.

Manga

Traditionnellement fait avec du bouillon de porc, le ramen est d'origine chinoise. Il a été "japonisé" avec la sauce soja et est devenu extrêmement prisé après la Seconde Guerre mondiale pour son côté nourrissant.

À Paris, comme dans d'autres capitales européennes où de jeunes chefs ont succombé à la tentation ramen, on le revisite pour attirer les clients qui ne mangent pas de porc. Jean-Baptiste Meusnier fait ainsi des bouillons de poisson.

Sedrik Allani adapte de son côté la température de ses ramen au palais des Français, qui n'aiment pas les soupes brûlantes comme en Asie. En-dehors de son prix attractif, le ramen est aussi une sortie emblématique pour les amateurs des mangas tant ce plat y est représenté. Certains y vont même déguisés.

"Quand j'étais enfant, il était très compliqué d'avoir accès aux mangas. Maintenant, il suffit de payer 5 à 10 euros pour Netflix et avoir accès à un catalogue incroyable", ce qui a rendu la culture pop japonaise "accessible", conclut Sedrik Allani.

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Obama
Barack Obama, un continuum Soros/WEF teinté d’un paradoxe Kissinger/Nobel
PORTRAIT CRACHE - Barack Obama est ce personnage contradictoire, ambiguë, voire bicéphale, prêcheur de justice sociale financé par des Soros, Buffet et Goldman Sachs, ...
25 mai 2024 - 12:00
Politique
26/05 à 11:11
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.