JO 2024 : Florent Manaudou déplore que la France ne soit "pas un pays de sport"

Auteur(s)
France-Soir
Publié le 21 novembre 2023 - 21:15
Image
Florent Manaudou a survolé la finale du 50m nage libre ce samedi à Kazan.
Crédits
©Michael Dalber/Reuters
©Michael Dalber/Reuters

À seulement quelques mois des Jeux olympiques, c'est un peu dur à entendre. Invité sur France 2 samedi 11 novembre, Florent Manaudou a été clair : "Je vais me faire des ennemis, mais on n'est pas du tout un pays de sport." Des propos qui ne sont pas sans rappeler ceux d'un autre grand champion français, Kevin Mayer.

Emmanuel Macron l'a annoncé : il vise le top 5 des nations pour les Jeux. Pour Florent Manaudou, qui est pourtant un amoureux de la compétition, ça souligne le manque de réalisme du président quant à la politique française vis-à-vis du sport. Déjà, selon lui, "pour préparer des Jeux olympiques, il faut s'y prendre 10-12 ans à l'avance". Or la France "a mis des choses en place il y a deux ans" seulement.

Et il y aurait encore beaucoup à faire, en commençant dès le plus jeune âge. "Ils ont réduit de 4 à 2 heures les cours d’EPS. On ne peut pas dire qu'on veut être la meilleure nation en mettant ces moyens-là. Ce n'est pas possible.", a-t-il regretté, prenant les pays anglophones en guise de modèle au niveau des infrastructures et des moyens mis dans le sport. "Mon ancien colocataire est parti en Australie. Pour le même boulot, il gagne cinq fois plus et il entraîne des gens qui sont moins talentueux.", raconte-t-il.

Parce que des talents, on en a, mais on ne les entraîne pas à gagner. En 2021, c'était aussi l'avis de Kevin Mayer, double champion du monde du décathlon : "En France, c’est limite dégradant d’être fort en sport. [...] Tout ce qui est fait en France pour encourager les gens à faire du sport l’est pour la santé, ce qui est très bien, mais rien ne nous encourage à nous mettre en avant par le sport." Au Figaro, il confiait : "À l’école, la culture de la gagne en sport est tout simplement inexistante. L’opinion publique critique certains sportifs français qui ne donnent pas tout aux Jeux, mais on ne leur a jamais appris à le faire. Le problème est dans l’éducation sportive. Il faut faire comprendre aux enfants qu’ils peuvent exister par le sport."

Il ne nous reste plus qu'à attendre les résultats de 2024 pour savoir de quel bois la France est faite. "Des médailles, on va en gagner", assurait tout de même Manaudou, lucide, compétitif, et candidat pour être le porte-drapeau de la délégation française.

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Portrait Soros
George Soros entre coups de bourse, coups de cœur et coups d'Etat
PORTRAIT CRACHE - George Soros : le super-héros des marchés qui jongle avec les chiffres et secoue le cocotier de Wall Street quand il “n’ouvre pas les sociétés” à la ...
16 février 2024 - 16:00
Portraits
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.