Législatives 2022: libertés, santé, pouvoir d'achat... Cinq candidats novices se présentent

Auteur(s)
FranceSoir
Publié le 05 juin 2022 - 12:36
Image
Benjamin Cauchy, Elisabeth Durengue, Patrick Cojan, Grégory Pamart et Mervyn Hoff sont candidats aux élections législatives.
Crédits
DR
Benjamin Cauchy, Elisabeth Durengue, Patrick Cojan, Grégory Pamart et Mervyn Hoff sont candidats aux élections législatives.
DR

LÉGISLATIVES : REVUE DE CANDIDATS [1] — À une semaine du premier tour des élections législatives, la parole est à cinq candidats qui se sont lancés dans la course : face à la majorité présidentielle "Ensemble ! " regroupant LREM et ses alliés Agir, le Modem, le Parti radical et Horizons lancé par l’ancien Premier ministre Édouard Philippe, ils viennent de bords politiques différents, se présentent parfois sans étiquette.

Deuxième partie des entretiens : "Législatives 2022: représentation médiatique, assemblées citoyennes, vaccination… quatre candidats novices se présentent".

Pourriez-vous vous présenter en quelques mots ?

Grégory Pamart : Le temps m’a poussé à me lancer en politique, au départ, je devais être médecin généraliste de campagne pour ces 35 prochaines années, ça m’allait très bien [en refusant la vaccination, le Dr Grégory Pamart a été suspendu depuis le 15 septembre]. Être médecin, c'était un moyen extraordinaire d’aider l’autre. Aujourd’hui, je ne peux plus être médecin mais je veux toujours aider, servir. Comment le faire  ? À cause de cette pression politique, j’ai dû abandonner mon travail. Il y a donc quelque chose à changer là.


Mervyn Hoff, 29 ans, sans parti politique. Je représente la 4e circonscription du Pas de calais. Mon objectif premier est de pouvoir redonner la parole au peuple car aujourd’hui je considère que les partis politiques actuels ne nous représentent plus. [Mervyn ne dépend d'aucun financement].

Benjamin Cauchy : j'incarne la 1ère circonscription de l’Aisne à Laon du parti Reconquête d’Éric Zemmour. Je suis un ancien militant politique, père de famille, attaché à ma commune car j’y ai toujours vécu. Je souhaite lutter contre la destruction de tous les repères de la France  : santé, service publique, organisation territoriale, organisation humaine et sociale, éducation...

Patrick Cojan, médecin généraliste à Nespouls et engagé viscéralement contre la politique sanitaire depuis deux ans notamment sur la vaccination des enfants. Je représente la 2e circonscription en Corrèze pour Ensemble pour les libertés, fondée par la députée Martine Wonner. 

Elisabeth Durengue, je vis à St Goussaud dans la maison de mon grand-père depuis 25 ans, je suis venue y élever mes filles. J'ai été élue deux fois à St Goussaud  en tant que maire adjointe et ensuite en tête de liste aux élections municipales.

 

Comment qualifiez-vous la situation locale en vue des élections législatives  ? Quels sont les potentiels candidats investis dans votre département  ? 

Mervyn Hoff  : Le député sortant de ma circonscription ne se représente pas. Le plus gros concurrent reste le maire d’Étables affilié au parti récemment baptisé "Renaissance" d’Emmanuel Macron.  

Benjamin Cauchy  : Au niveau local, les gens m’identifient aux Gilets jaunes, mais aussi aux Grandes Gueules de RMC. Ils m’identifient également comme ayant été élu à Laon il y a vingt ans (création du festival de jazz lorsque j’avais dix-huit ans, animation radio pendant 4-5 ans sur le Lanois). Donc, pour autre chose que Reconquête.

Patrick Cojan  : Localement, nous sommes 14 candidats, ce qui est une situation plutôt inhabituelle. La député sortante Frédérique Meunier (Les Républicains) est l’une de ceux pour qui les gens n’ont pas d’attache personnelle. Les maires me disent qu’ils ne la voient jamais, ce qui lui est reproché. Pour ma part, je me suis engagé pour avoir un contact auprès de la population. Avec EPL, nous nous engageons à organiser des réunions publiques deux fois par mois pour prendre la température, et faire remonter les aspirations de chacun. 

Elisabeth Durengue  : Nous avons un problème de mépris actuellement. Nous subissons la gestion centrale parisienne absolument non adapté à nos territoires dans tous domaines  : le service public, le commerce, le tourisme, etc. Il y’a 11 candidats, dont le député sortant LREM. Je pense avoir mes chances du fait de l’alliance entre Florian Philippot, Nicolas Dupont-Aignant et Génération Frexit. Je me considère comme étant une femme de droite, ce n’est pas un gros mot. La politique c’est agir ensemble, débattre, convaincre et construire.

Grégory Pamart  : Si j’avais trouvé la personne dans ma circonscription qui pouvait incarner mes valeurs, qui pouvait incarner un renouveau face à la crise, avec une volonté de créer, alors, je n’aurais pas eu besoin de me présenter.

Voir aussi : Plus de médecin à Jenlain : suspendu, le docteur Pamart résiste

Comment se déroule votre campagne électorale  ? Quelle est votre feuille de route  ? 

Mervyn Hoff  : Tous les weeks-ends, je participe aux brocantes du secteur, je fais l’intégralité des marchés dans les communes tous les jours, je fais régulièrement du "boîtage". J’ai également parcouru 400 km à pied pour aller à la rencontre de chacun.

Benjamin Cauchy  : Je suis parti pour trois semaines de porte-à-porte principalement, j’ai une quarantaine de militants prêts à agir avec 30 000 exemplaires (affiches…) d’un journal de campagne, avec mes équipes qui vont faire une grande partie de la ville de Laon. Pour ma part, je vais faire les 197 communes en porte-à-porte et en boîtage. Nous effectuons aussi des opérations de collage.

Patrick Cojan  : Je sens que les gens se sentent plus impliqués politiquement. Ma candidature est reçue avec bienveillance. Lorsque j’annonce que mon objectif principal est de contrer la stérilisation des enfants, généralement c’est assez bien reçu. Les réunions publiques restent tout de même difficiles à mettre en œuvre. Je suis médecin généraliste en plus de travailler pour ma campagne. Pour être honnête, en ce qui concerne le porte-à-porte, nous restons une équipe pas suffisamment solide du fait de notre jeune parti. Pourtant, il y a une ouverture médiatique. Je reste optimiste.

Elisabeth Durengue  : Rencontrer, rencontrer, rencontrer. Nous sommes sur les marchés, nous avons rencontré les gens dans les bars, dans les commerces, en porte-à-porte. Nous sillonnons la Creuse en privilégiant le dialogue et la rencontre. Dès l’annonce d'Emmanuel Macron, je suis allé en manifestation, j’ai constitué un premier réseau de personnes qui pensaient comme moi, qui nous a permis de sortir de la solitude et de cet état de sidération. Nous nous sommes trouvés. De là, m’engager avec les Patriotes me semblait être une évidence. 

Quel est votre historique d’engagement  ? 

Mervyn Hoff  : Je suis un jeune engagé. Je lutte contre les injustices subies depuis le mois de novembre 2021 avec la mise en place du passe sanitaire, puis la suspension des soignants non vaccinés, et aussi opposé au passeport vaccinal numérique. Je représente d’ailleurs l’association d’initiative citoyenne Amitié-Solidarité. À mes yeux, la politique actuelle n’a plus de sens, ne représente plus le peuple. Je veux faire entendre nos voix et redonner à la France ses valeurs démocratiques tout comme son autonomie nationale. 

Benjamin Cauchy  : Je suis un vieux militant politique, je me suis lancé lorsque j’avais 18 ans, en soutien au Rassemblement pour la République (RPR) auquel j’avais adhéré. En 2001, j’ai été conseiller municipal à Mons en Lannois (02), puis en 2008 conseiller municipal délégué au contrat de ville à Laon. J’ai arrêté la politique un moment, puis je me suis senti concerné par le sujet des Gilets jaunes "du début ", c’est-à-dire lorsque tous les types de populations (commerçants, salariés…) étaient réunies. J’ai rapidement décidé de passer "des ronds-points aux urnes ": après m’être engagé auprès de Nicolas Dupont-Aignan (Debout la France), j’ai décidé de rejoindre Reconquête d’Eric Zemmour, parti pour lequel j’étais présent dès les premiers jours de sa fondation.

Patrick Cojan  : Je suis totalement novice en politique, mon métier m’a appris à prendre soin de la vie des gens et de leur santé. Nous sommes à l’échelon national où il faut préserver la vie des enfants et leur succession. Je n’ai jamais été impliqué politiquement. Depuis l’été dernier, j’ai commencé à me mélanger aux manifestations locales anti-passe sanitaire, j’ai eu l’occasion de rencontrer Thierry Dumas, représentant des Patriotes à Brive, avec qui j’ai un bon contact oral et verbal, sans plus. J’ai ensuite voulu donner suite à ma candidature présidentielle, donc j’ai sonné à plusieurs portes, et je suis allé sur le site de Martine Wonner, l’actuelle députée en Alsace et présidente d’Ensemble pour les libertés, je me suis aperçue que ses idées collaient à 90% avec mes idées pour les élections présidentielles. J’ai décidé de contacter le parti EPL et j'ai obtenu une réponse immédiate.  

Elisabeth Durengue  : J’ai toujours été intéressée par la politique. Je suis viscéralement opposé au passe vaccinal depuis l’annonce d’Emmanuel Macron du 1er juillet 2021. Pour moi, 18 ans signifiait voter et conduire. Après mon mandat au conseil municipal, j'ai participé au mouvement historique des Gilets jaunes aux côtés de Jacline Mouraud, avec qui nous avons fondé le parti les Émergents. J’ai rejoint les Patriotes avec lesquels j’étais en total accord sur les problématiques de la crise sanitaire telle que gérée par le gouvernement.  

Si vous êtes élu(e), comment comptez-vous vous engager pour les cinq prochaines années ? 

Mervyn Hoff  : Je veux agir pour améliorer notre système de santé dont les conditions de travail du personnel sont mises à mal depuis des dizaines d’années. Réintégrer les soignants suspendus et m’assurer que les injections expérimentales ne soient jamais rendues obligatoires sont bien évidemment ce que je défends par-dessus tout. D’après moi, les différents partis sont financés et restent maintenus par cela, j’aimerais pouvoir assurer une coalition du peuple à l’Assemblée nationale. Je veillerai à la mise en place de réunions citoyennes pour permettre à chacun d’exprimer ses idées, de vérifier les lois appliquées par la gouvernance. Favoriser l’économie locale sera également ma priorité afin de répondre aux besoins fondamentaux de la population. L’environnement et la retraite sont deux thématiques qui me tiennent à cœur dont la défense de la nature et des espèces, et la protection des cotisations sociales qui sont payées par les citoyens depuis leurs débuts dans la vie professionnelle en reconnaissant leur droit de vivre dignement. Depuis deux ans, les personnes âgées sont isolées, j’œuvrerai à lutter contre leur isolement. 

Benjamin Cauchy  : Je serai un des députés de Reconquête. Je souhaite continuer le combat de ce qu’étaient les Gilets jaunes en 2018, j’ai un engagement moral vis-à-vis des gens qui étaient avec moi au début. J’insiste sur le logement et le pouvoir d’achat - le logement constitue 40% du pouvoir d’achat - qui seront mes priorités. Il va falloir plus d’offres de logements, savoir que la solidarité nationale sert avant tout aux nationaux, que les dispositifs fiscaux soient fléchés pour inciter les bailleurs à pouvoir louer. J'aimerais redonner de la souveraineté frontière aux maires pour qu’ils puissent faire construire plus librement dans leurs communes s’ils le souhaitent pour répondre à la demande. La dignité humaine est ce qui m’anime clairement, je ne supporte plus de voir des gens dormir dehors, pour moi le logement sera donc la meilleure réponse à continuer le combat du pouvoir d’achat qu’était dans le mouvement initial des Gilets jaunes.  

Patrick Cojan  : Ce qui me scandalise, c’est le risque de ce sérum génique, le risque de stérilité des enfants m’inquiète profondément. Ce sera mon cheval de bataille essentiel. Je ferai le relai au niveau des ressources humaines et des entreprises. Je souhaite réellement mettre l’accent sur la valorisation de l’économie locale. Au niveau énergétique, je souhaite abandonner les grandes éoliennes pour mettre l’accent sur les petites qui seraient alors plus indépendantes. Abandonner le nucléaire, en revanche, me semble être une idiotie complète dont le coût serait considérable.  

Elisabeth Durengue  : Être présente, il est impensable que des lois importantes soient votées alors que l’hémicycle est au trois quarts vide. Les deux choses fondamentales chez les Patriotes  sont "non au passe sanitaire, non à la vaccination obligatoire". En troisième, nous avons le Frexit, nous sommes la droite souverainiste, il est important de retrouver ce pouvoir. S’attaquer aux lobbies également - on s’est aperçus qu’il y a un pouvoir des cabinets privés, et des groupes pharmaceutiques - mais aussi à la corruption de tous échelons confondus, dont plusieurs secteurs de vie des Français. Stopper la spéculation qui fait qu’on n'a plus de pouvoir d’achat et qu’on va dans le mur au niveau de vie de la population française. 

Grégory Pamart  : Ce que je propose en tant que candidat indépendant, c’est de pouvoir être indépendant dans les débats. Dès qu’on est partisan, les débats sont complètement fermés. Si vous êtes LREM, vous votez ce que le parti vous a dit de voter et il n’y a donc aucun débat. Cela fait cinq ans qu’il n’y a pas de débat. Il y a des amendements retoqués, acceptés en permanence. Je veux proposer d’apporter les compétences de territoires principalement dans ma circonscription au contact des personnes et d’apporter les compétences de territoires au débat dans l’hémicycle. Voter pour moi, c’est de garder tout sens des responsabilités, ce n’est pas moi qui changerai le monde. Mettre un bulletin dans l’urne, c’est un engagement de créer quelque chose.


Les élections législatives ont lieu les 12 juin (premier tour) et 19 juin (deuxième tour).

Grégory Pamart, candidat dans la douzième circonscription du Nord :
https://sansetiquette.fr, Facebook En campagne sans étiquette: Grégory Pamart - Anne France Caillaud

Mervyn Hoff, candidat dans la quatrième circonscription du Pas-de-Calais :
https://www.mhoff-legilatives2022.com 

Benjamin Cauchy, candidat dans la première circonscription de l'Aisne :
Twitter @BenjaminCauchy

Patrick Cojan, candidat dans la deuxième circonscription de Corrèze :
https://patrickcojan2022.fr

Elisabeth Durengue, candidate dans la Creuse (circonscription unique) :
Twitter @EDurengue

À LIRE AUSSI

Image
Assemblee nationale, lors de la séance de questions au gouvernement, le mardi 15 février 2022
Enjeux des législatives: chimère du "troisième tour" et recomposition des partis
Toutes les oppositions à Emmanuel Macron lorgnent désormais les élections législatives (12 et 19 juin) pour en faire un "troisième tour" qui viendrait atténuer, voire ...
26 avril 2022 - 16:50
Politique
Image
Martine Wonner au Défi de la vérité
"Si on ne retrouve pas nos libertés en France, je pense que l’avenir de notre pays est très sombre" - Martine Wonner au Défi de la vérité
Martine Wonner, médecin-psychiatre et députée de la circonscription du Bas-Rhin a accepté de relever le défi de la vérité pour France Soir. Elle revient sur son parcou...
22 juin 2021 - 19:03
Vidéos
Image
Assemblee nationale, lors de la séance de questions au gouvernement, le mardi 15 février 2022
Enjeux des législatives: chimère du "troisième tour" et recomposition des partis
Toutes les oppositions à Emmanuel Macron lorgnent désormais les élections législatives (12 et 19 juin) pour en faire un "troisième tour" qui viendrait atténuer, voire ...
26 avril 2022 - 16:50
Politique

Dessin de la semaine

Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de FranceSoir est confirmée.

La newsletter FranceSoir

En vous inscrivant, vous autorisez FranceSoir à vous contacter par e-mail.