Retailleau (LR) propose un référendum interne sur une alliance avec Macron

Auteur(s)
FranceSoir
Publié le 06 décembre 2022 - 11:45
Image
Eric Ciotti (G) et Bruno Retailleau discutent avant un débat, sur le plateau de LCI, le 21 novembre
Crédits
AFP/Archives - Christophe ARCHAMBAULT
Eric Ciotti (G) et Bruno Retailleau discutent avant un débat, sur le plateau de LCI, le 21 novembre 2022.
AFP/Archives - Christophe ARCHAMBAULT

Bruno Retailleau, qui affrontera Eric Ciotti dimanche pour la présidence de LR, a promis mardi d'organiser s'il est élu un référendum interne sur une alliance avec la macronie "pour trancher", les deux candidats assurant néanmoins être hostiles à tout accord.

Le débat revient régulièrement à droite avec en toile de fond les appels répétés de Nicolas Sarkozy à une alliance.

"J'en ai marre de ce débat, faut-il rejoindre la macronie ? Qu'on a déjà tranché en bureau politique", a affirmé M. Retailleau sur LCI.

"Le premier référendum interne que je proposerai à nos adhérents sera sur cette question" et "d'ici fin décembre ils auront à trancher sur cette question très simple : oui ou non, faut-il s'associer avec Emmanuel Macron ?", a-t-il ajouté.

"Ceux qui veulent cette fusion, cette dilution de LR dans la macronie veulent en fait la mort de LR", a affirmé Bruno Retailleau. Avec les partisans du président, "on n'a pas les mêmes convictions, on ne pense pas la même chose. À partir de là, on ne doit pas se mélanger", selon lui.

Eric Ciotti a lui aussi réfuté toute idée de rapprochement avec Emmanuel Macron : "Je ne partage en rien cette analyse", a-t-il assuré sur CNews.

"Il faut assumer des positions fortes, je l'ai toujours fait", a ajouté le député des Alpes-maritimes qui veut "garder ce cap de droite assumée, refuser le politiquement correct".

Fort de ses 43% au premier tour, contre 34% pour Bruno Retailleau, il a assuré : "On va s’acheminer vers la victoire dimanche".

Alors que le troisième candidat Aurélien Pradié a réuni 22% des voix, les deux concurrents encore en lice ont voulu donner des gages à son électorat.

"Demain, si je suis élu, je souhaite qu’Aurélien Pradié ait une place majeure avec ses amis dans l’équipe", a affirmé Eric Ciotti. "Il a incarné quelque chose de majeur, il faut l'entendre et l'écouter", a-t-il ajouté.

Bruno Retailleau a lui assuré que son électorat et celui d'Aurélien Pradié n'étaient "pas si éloignés".

"Nous avons fait campagne sur deux thèmes importants : la rupture avec le passé" et "une dimension sociale", car "j'ai toujours considéré que la droite ne se résumait pas à moins d'impôts et plus de sécurité", a affirmé M. Retailleau. "C'est vrai, mais cette question de la solidarité est importante", a-t-il ajouté.

Dessin de la semaine

Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de FranceSoir est confirmée.

La newsletter FranceSoir

En vous inscrivant, vous autorisez FranceSoir à vous contacter par e-mail.